Pandora Opéra, dans l'ombre de Naruto

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pandora Opéra, dans l'ombre de Naruto

Message par Pandora Opéra le Sam 5 Sep - 13:23

Bien le bonjour cher otaku. Cette fiction est le reflet de ce que j'aurais aimer voir dans Naruto. C'est une version shojo, mélangeant plus de sentiment, plus d'amour avec un peu moins de combat car je ne suis pas très forte dans ce domaine. Cependant, j'en écris du mieux que je peux. Puisque ma fiction est née sur le forum anime-fr, je la déménage ici tout en effectuant pas mal de changement. Les rikiki chapitres du début ont tous étais regrouper. Ceux et celle qui m'ont connu que l'ancien forum, vous allez vois que de 110 petits chapitres, je suis passez à 48 bons gros chapitres afin que ça aille un peu plus vite.
Je ferais de mon mieux pour satisfaire mes fans et leur montrer une version différente de la première version. Pandora est toujours la personnage principal et je me suis aperçus que je n'avais pas clairement cité les objectif de chacun. Je suis en train de remédier a ce problème.
En attendant, voici un petit résumer de ma fiction. J'espère qu'il vous plaira.

Le destin de Pandora sera-t-il aussi sombre que la main du destin écrivant son avenir ?

Pandora Opéra est la fille des boulanger du village de Suna. Nosykaa, sa mère est l'ancienne kage du village de l'Aube, son propre village situé au nord est de Kiri. Pandora adore. son renard chéri Punky. Ce n'est pas un renard comme les autres. Il a un justu de plus unique et il fait parti de son équipe avec Ulos, un jeune homme métis forgeron.
Amoureuse de Gaara, elle essaye d'attirer son regard, mais une personne l'aime déjà en secret. Son cœur commence a ce couper en deux entres ses prétendants. Cachant un lourd secret dont elle n'est même pas au courant. Trois créatures sont en elle et sommeil en attendant le jour de pouvoir enfin se réveiller.
Comment est-ce possible ? C'est une longue histoire. Elle débute bien avant la naissance de Pandora. La vie est paisible est tranquille pour la jeune fille jusqu'à l'attaque de Deidara. A ce moment précis, tous va basculer, tous va s’enchainer et malheureusement, peu de personne se souviendrons d'elle.  

Merci d'avoir pris le temps de lire ce petit résumer. Dés les premiers commentaires, je publierais le premier chapitre nouvelle version!

Je vous dis à plus tard! Chat-lu la compagnie.

P.S: Fessons exploser mon score! 76963 vues en deux ans et 7 mois!


Dernière édition par Pandora Opéra le Dim 6 Sep - 19:33, édité 1 fois
avatar
Pandora Opéra

Messages : 12
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 24
Localisation : Dans le monde de Naruto!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pandora Opéra, dans l'ombre de Naruto

Message par AliceR. le Sam 5 Sep - 15:24

Hello !
Comme je te l'ai dit dans ta prés', je compte suivre ta fic', mais je commenterai que de temps en temps :/
Sinon, ton résumé est pas mal, malgré les fautes. Contrairement à ton premier résumé, tu ne dévoiles pas tout, ce qui est mieux, je trouve :3

"Peu de personnes se souviendront d'elle"
Y'avait pas ça dans ton premier résumé '-' Tu me fais peur xD

Au fait, tu mettras tes HS ? :P Aurora apparaîtra t-elle ? :3

Bonne continuation ! o/
avatar
AliceR.

Messages : 55
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : ~Somewhere behind the sea~

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pandora Opéra, dans l'ombre de Naruto

Message par Pandora Opéra le Sam 5 Sep - 21:55

AliceR. a écrit:Hello !
Comme je te l'ai dit dans ta prés', je compte suivre ta fic', mais je commenterai que de temps en temps :/
Sinon, ton résumé est pas mal, malgré les fautes. Contrairement à ton premier résumé, tu ne dévoiles pas tout, ce qui est mieux, je trouve :3

"Peu de personnes se souviendront d'elle"
Y'avait pas ça dans ton premier résumé '-' Tu me fais peur xD

Au fait, tu mettras tes HS ? :P Aurora apparaîtra t-elle ? :3

Bonne continuation ! o/

Chat-lu Break! Enfin AliceR.
D'accord, pas de souci.
Oui, j'ai voulu faire plus sobre et plus mystérieux.

Je pense que tu as raison d'avoir peur. Certaines choses peuvent te donner la chair de poule Mouahahah!!!!
Non, je ne remettrais pas mes H.S, mais Aurora arrivera plutôt que prévue dans ma fiction. Il faut bien que cette chipie intervienne. Les beaux garçons n'attende pas!
En tout cas, j'espère que ma fanfiction trouvera ici un second souffle.
avatar
Pandora Opéra

Messages : 12
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 24
Localisation : Dans le monde de Naruto!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pandora Opéra, dans l'ombre de Naruto

Message par AliceR. le Sam 5 Sep - 23:46

Tu peux m'appeler Break, si tu veux x)
Yep, c'est vraiment plus attrayant ! Du coup, l'histoire globale restera quand mêle la même qu'avant, non ?

Hahaha... Je le sens pas ton truc xD Enfin bref, je te fais confiance, je verrais bien ^^
Ah yes ! Ta fic sans Aurora, ce sera pas la même chose xD Contente que la miss revienne :')
Je l'espère pour toi ! o/
avatar
AliceR.

Messages : 55
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : ~Somewhere behind the sea~

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pandora Opéra, dans l'ombre de Naruto

Message par Pandora Opéra le Dim 6 Sep - 9:17

AliceR. a écrit:Tu peux m'appeler Break, si tu veux x)
Yep, c'est vraiment plus attrayant ! Du coup, l'histoire globale restera quand mêle la même qu'avant, non ?

Hahaha... Je le sens pas ton truc xD Enfin bref, je te fais confiance, je verrais bien ^^
Ah yes ! Ta fic sans Aurora, ce sera pas la même chose xD Contente que la miss revienne :')
Je l'espère pour toi ! o/

Merci pour cet honneur.
Oui, l'histoire globale reste la même, mais en même temps, certaines petites choses ont changer et d'autres ont évoluer. Je ne t'en dis pas plus.

C'est normal que tu ne le sente pas parce que c'est assez fumant XD! Certaines choses rentent encore confuse car je cherche toujours de nouvelle idée afin d'être sûr de progresser sur la bonne voix. J'ai déjà au moins trois scénario différant pour la fin.
Et Oui! Miss chipie débarque! Les beaux garçons n'ont qu'à bien ce tenir! Tout est en train de ce mettre en place. Je pense publier le chapitre 7 aujourd'hui, malgré que je dois encore corriger les autres et écrire la suite.

C'est vraiment dommage que l'ancien forum soit mort parce que je voulais retrouver l'un de tes anciens commentaires. Celui où tu me disais quel goodies serait bien si jamais ma fiction va plus loin.

Merci de rester fidèle a ma fiction. Ça fait trop plaisir!
avatar
Pandora Opéra

Messages : 12
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 24
Localisation : Dans le monde de Naruto!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Chapitre 1 : Entre amour et haine, il n’y a qu’un pas

Message par Pandora Opéra le Dim 6 Sep - 17:48

Bonjour a tous! Voici le premier chapitre de ma fiction. Il faut 18 pages word. Ça peut paraître long, mais il ne l'ait pas tant que ça parce que c'est surtout de la description puisqu'il n'y a pas de dessin. Au départ, ce chapitre en composait 6 petits. Je pense que c'est mieux ainsi car l'histoire se déroulera plus rapidement. Certaines choses ont changées et d'autres on évoluer. Je vous laisse découvrir ou redécouvrir le début de ma fiction.
Bonne lecture

Chapitre 1 : Entre amour et haine, il n’y a qu’un pas

« Doton ! Activation du pentagramme de pourriture ! » s’écria Pandora s’accroupissant, puis posant ces deux mains sur le sol pour activé son pentagramme de pourriture en l’alimentant avec son chakra.

Pandora combattit non loin de Suna en plein désert et à proximité d’une petite oasis. Autour d’elle, il y avait des roches, ressemblant à des arbres. C’était la forêt pétrifiée de Suna. On s’imagina plus des ruines romaines qu’une forêt pétrifiée.

« Tu es fait comme un rat ! » ajouta-t-elle à son adversaire au centre de son pentagramme.

C’était l’un de ses meilleurs amis Materu, arrivant tout droit du pays de la neige.

« Oups, je crois que je me suis fait avoir ou alors…. » dit-il en gelant le pentagramme de pourriture avec ses pieds nus.  

«  C’est toi qui t’es encore fait avoir. »

En voyant son pentagramme geler, Pandora comprit qu’elle avait perdu la partie.

« Je l’aurais jamais ce satané bandeau » soupira-t-elle en s’aplatissant comme une crêpe sur le sol.

Pandora est une jeune fille très gentille, généreuse et douée en pâtisserie. Elle a les cheveux bleu azur comme le ciel, des yeux noisette et un sourire d’ange. Elle porte un corset violet ainsi qu’un short blanc au bord noir. Elle a sa pochette de kunai et de Shuriken qui repose sur sa hanche gauche. Sur ses jambes, elle porte des bandages jaunes et au pied des sandales marron clair. De plus, elle avait juste un bracelet jaune autour de son poignet droit pour lui rappeler son houla hop d’enfance. La jeune fille se donna du mal pour perfectionner ses techniques de futon et de doton, mais contre la glace et le froid, elle ne fessait pas le poids.

«  Bien sûr que tu l’auras ton bandeau Pandora.  Moi, je crois en toi et Michihamaru aussi. Pas vrai ma petite boule de poil ? »  demanda Materu à son chat tigré.  

Michihamaru fit un signe de tête positif avant d’aller près de son maitre pour lui sauter sur l’épaule droite puis pour s’installer sur sa tête.

« Heureusement que tu es encore léger Michihamaru » lança-t-il à son chat avant de regarder à nouveau Pandora étant passé de la crêpe, à la posture assise.

Materu Koneko est un jeune adolescent de 12 ans qui vient du pays de la neige. Sa famille élève des chats sauvages vivant dans le froid comme des lynx, des tigres blancs ou encore des léopards. Vivant dans ce pays glacé, Materu avait l’habitude de porter des vêtements chaud, mais ici à Suna, il avait troqué ses vêtements super chauds contre des vêtements plus légers.
Materu a les cheveux bruns, couper court. Il porta une mèche sur son coter gauche et avait des pics en arrière de sa tête. Il avait les yeux verts qui pouvaient viré au bleu et même au blanc quand il est très en colère durant un combat. Niveau look, il resta sobre. Un tee-shirt noir tout troué où on pouvait voir son petit torse muscler qui commença à prendre forme. Il porta également un pantacourt marron foncé avec des rabats rouges, avec  une épaisse chaine sur le coter droit. Pour les chaussures, il porta également des sandales, mais couleur sable et à ses poignets, il y avait deux bracelets de cuir noir tressé finement.  

« Ne fait pas cette tête d’enterrement Pandora, tu as encore du temps pour t’entraîner. Du moins, tu en a encore jusqu’à demain matin parce qu’il me semble que tu le passe bien demain ton test. Je n’ai pas raison ? »

-« C’est cette peste de Temari qui me le fait passer. Elle est au courant pour mes sentiments envers son frère et ça ne l’enchante pas. En plus, j’ai cette crétine de rivale Matsuri sur le dos. Je ne peux plus la sentir. Quand je pense que nous étions comme des sœurs avant. »

« C’est vrai que c’est un problème, mais ne te décourage pas Pandora, tu vas l’avoir ton bandeau comme j’ai eu le mien du pays de la neige. Au fait, pourquoi tu n’as pas utilisé ta pourriture aqueuse ? La dernière fois, tu m’as battue avec cette technique si je me souviens bien. »

« La pourriture aqueuse ?! Ta perdue la tête ! Je pourrais te tuer avec cette technique et la dernière fois, je t’ai fait prisonnier dans ma cage de pourriture, ce n’est pas la même chose ! N’oublie pas que j’ai arrêté le combat avant qu’il ne soit trop tard. Tu devrais plutôt me remercier. »

« J’avoue ne pas trop aimer me frotter à cette partie de toi parce qu’à chaque fois, c’est Ulos qui me sort plus ou moins de la panade ou ton Punky chéri. D’ailleurs en parlant de lui, où il est passé ? Je ne l’ai pas vu de la matinée. »

« Figure toi que monsieur Punky me boude. »

« Pourquoi ça je te pris ? »

« Parce qu’hier, c’était le jour de son bain et bien sûr, il déteste sa. Du coup, il me boude et actuellement, il doit être à la forge avec Ulos. »

« Tu m’étonnes qui n’aime pas ça. C’est un renard et les renards ne sente pas toujours la rose ou le lilas. À chaque fois que tu le laves, on dirait qu’il sait verser un flacon de parfum sur lui. Normal qu’il fuit le jour du bain. »

« Peut-être, mais là, il pue autant que mes cadavres ! »

« Que tes cadavres ? »

« Oublie, je n’ai rien dit » répondit Pandora avec un grand sourire tout en pensant….

«  Oh non, j’ai gaffé ! Qu’est-ce qui ma prise de parler de cadavres ! Je suis sûre qu’il se pose un millier de questions voir un milliard ! Non, mais quelle nouille de ramen je suis ! »

« J’espère que Pandora  n’a pas parlé sérieusement de cadavres ou sinon, elle va commencer à me faire flipper et pour de bon» pensa Materu qui ne crut pas vraiment à ce qu’il venait d’entendre de la part de son amie et donc, il se mit à rire.

« Brouhaha !!! Toi, tu aurais des cadavres planqués ! Elle est bien bonne celle-là. »

Pandora fut amusé de voir le jeune garçon rire autant. Elle eut également un petit rire avant de lui dire ceci.

« Tu vois qu’il n’y a pas que toi qui peux être drôle. Moi aussi, j’ai talent caché de comique ! »

«  J’avoue que tu m’as bien eue sur ce coup. Je ne m’y attendais vraiment pas » répondit-il en essayant d’atténuer son rire.

« Normal que tu ne t’y attendais pas, sinon tu n’aurais pas ri autant. »

« C’est sûr » lui dit Materu en ajoutant ceci.

« Tu veux qu’on refasse un combat ou qu’on rentre au village ? » demanda Materu.

« J’aurais bien envie qu’on aille se baigner à l’oasis. Le problème, c’est que nous n’avons pas nos maillots de bain. »

« Oh toi, tu ne penses pas qu’à te baigner, hein foxy girl ? »

« Je ne vois pas de quoi tu veux parler Neko boy » dit-elle en fessant son innocente.

« Tu es sur de toi ? » demanda-t-il en se rapprochant d’elle de quelques pas.

« Oui, j’en suis sur » répondit-elle toute souriante.

Michihamaru comprit ce qui alla se passer donc il préféra descendre de la tête de son maitre pour s’éloigner de quelques mètres. Quand Materu fut proche de Pandora, il se mit à genoux en face d’elle et croisa son regard afin de lui dire ceci.

« Tu n’es pas contre si je commence avec des chatouilles ? »

« Ah non ! Ça, ce n’est pas du jeu ! Tu vas voir si c’est moi qui commence la bagarre, tu ne vas pas t’en relever, je te le garantis ! »

« Tu vois que j’avais raison. Ce baigner dans l’oasis n’était qu’un prétexte pour qu’on se chamaille dans l’eau. Je sais que tu adores ça tout comme moi. »

« Grillé » avoua Pandora en baissant la tête, les yeux rivés au sol.

« Je te connais par cœur Pandora. Tu n’as plus de secret pour moi comme moi, je n’ai plus de secret pour toi. »

« Je reconnais m’être fait avoir, mais ce n’est pas un crime de vouloir se bagarrer avec l’un de ses meilleurs amis. »

« Non c’est pas un crime, c’est une marque d’amitié. »

« De profonde amitié, tu veux dire. À chaque fois que tu viens, ça finit toujours en bagarre. »

« Tu n’es jamais contre un corps à corps avec moi. »

« Jamais ! Je suis toujours pour sauf quand je dois aider mes parents à la boulangerie en début d’après-midi. »

Soudain en disant le mot ‘boulangerie’, Pandora manqua de faire une attaque.

« Mes parents… La boulangerie… Début de l’après-midi… Quelle l’heure est-il Neko boy ?! »

Materu regarda le soleil et en déduit qu’il alla bientôt être deux heures.

« Bientôt deux heures miss. »

« Déjà deux heures ! Oh non, je vais être en retard pour faire ma fournée de petits sablés. Faut vite que je me grouille de rentrer. Tu m’accompagnes ou tu préfères lézarder au soleil ? »

-« Je préfère le froid donc je t’accompagne. Vient Michihamaru, on rentre. »

Michihamaru ne revient pas à l’appel de son maitre et Materu ne le vit pas. Michihamaru se frotta aux jambes d’un individu. Il était planqué derrière un amas de rocher.

« File d’ici boule de poil, tu vas me faire repérer » lui murmura l’espion, ne pouvait fuir pour l’instant.

Michihamaru ne l’écouta pas et se frotta encore à ses jambes tout en ronronnant. Le personnage embusquer ne pouvait pas lui faire du mal, au risque de se faire répérer. Il prit Michihamaru pour le déposer plus loin de lui sans se faire voir, mais Michihamaru revenait se coller contre lui.

« Je hais les chats » chuchota ce dernier.

Pandora se redressa et chercha du regard Michihamaru tout comme son maitre qui l’appela encore.

« Aller viens Michihamaru ou sinon ce soir, tu n’auras pas tes sardines. »

« S’il ne revient pas vite, je vais devoir partir sans toi », lui dit Pandora.

« Va s’y. Je vais le retrouver seul. »

« Non, je vais l’appeler avec toi. Je passerais par les toits pour rentrer plus vite. »

« Merci pour ton aide. »

« De rien » lança Pandora juste avant d’appeler le chat.

« Aller vient Michihamaru, tu pourras jouer avec Punky. Promit, tu ne prendras pas de bain. »

« Tu crois vraiment qu’il va rappliquer en lui promettant ce genre de chose ? » demanda Materu.

« Ça n’a pas plus d’effet que  de le menacer de plus avoir des sardines. »

« Tu marques un point. J’espère qu’il ne mange pas un lézard ou il risque d’être malade comme un chien. »

« Les lézards, ça ne fait pas maigrir les chats ? »

« Michihamaru est déjà bien assez maigre comme ça. Je ne veux pas qu’il soit malade comme toi, tu ne veux pas que ton Punky d’amour ne tombe malade. »

« Égalité » répondit Pandora en reprenant la parole.

« Aller viens ici Michihamaru ou je prendrais ta place ce soir auprès de Neko Boy. »

« Tu quoi ! » s’écria-t-il surpris.

« Chut, c’est pour le décider à venir. »

« Tu n’y vas pas un peu fort ? »

« Oui et alors ? »

« Non rien. »

Tout en l’appelant, ils observèrent les alentours pour guetter son retour. Soudain, Pandora remarqua l’amas de rocher et en bas, elle vit une queue de chat bouger. Michihamaru s’était assis sur le coter gauche de l’intrus. Il le regarda avec des yeux pleins de malice tandis que le bonhomme voulut juste le faire dégager de là.

« Je le vois Materu ! Il est juste à l’ombre de l’amas de rocher. »

Materu la rejoint et regarda dans la même direction.

« Tu as un œil de lynx. Tu aies repéré Michihamaru ! »

« Ya plus qu’à aller le cueillir » ajouta Pandora en commençant à s’approcher de l’amas de rocher.

« Et à me cueillir aussi » se confia l’individu allant être démasqué s’il ne trouva pas un moyen de filer d’ici rapidement.

Pandora et Materu marchèrent pas à pas vers l’amas de rocher tandis que l’espion voulut que ce satané chat s’en aille de lui-même pour continuer à observer les deux jeunes gens, mais Michihamaru ne bougea pas d’un millimètre. Il continua à le regarder avec toujours autant de malice.

« Je hais vraiment les chats et toi, tu ne fais rien pour attendre » lui murmura le mystérieux personnage en grognant avant de disparaitre dans un nuage de sable fessant aussi disparaitre ses empreintes de pas.  

Quand le nuage de sable se dissipa,  Michihamaru remarqua un lézard couleur sable sur le rocher plus foncer. Ni une ni deux, Michihamaru se mit en position avant de lui sauter dessus pour l’attraper dans sa gueule afin de le manger tout cru. Juste quand il commença à le manger, Materu et Pandora arrivèrent pour voir le massacre du lézard.

« Recrache-moi ça tout de suite Michihamaru. Tu vas en être malade ! » s’écria son maitre pour qu’il arrête de le dévorer.
Michihamaru n’écouta pas son maitre et mangea entièrement le lézard avant de se lécher la patte droite pour ce la passer sur la bouche comme s’il se l’essuyer.  

« Si tu n’es pas malade ce soir, c’est un miracle. »

« S’il vomit, je me le dire. Je viendrais t’aiderais à tout nettoyer » lui dit Pandora.  

« Non merci Pandora. Je dors chez Ulos, donc ce n’est pas la peine » informa Materu avant de s’adresser à son chat.

« Aller viens Michihamaru, on rentre pour de bon cette fois. »

Michihamaru n’y vit plus d’objection. Il se leva, s’étira avant de s’avancer vers son maitre pour lui sauter dans les bras. Son maitre le rattrapa et il lui dit dans les yeux ceci.

« Toi ce soir, tu auras moins de sardine que d’habitude, vilain petit filou. »

En regardant où Michihamaru avait mangé sa victime, Pandora remarqua un bout de tissu rouge coincé entre deux rochers.

« Qu’est-ce qui fait là ce bout de tissu ? » se demanda-t-elle à haute voix en fessant deux pas avant de s’accroupir pour le prendre.

« Pas la moindre idée. En tout cas, il ferait un super bandana » avoua Materu.

En un geste presque innocent, elle le tira pour l’avoir bien en mains et ensuite, Pandora le sentit et crut reconnaitre l’odeur.

« Cette odeur, elle ne m’est pas inconnue. Je ne sais plus où je l’ai senti. »

« Donne, j’ai un meilleur flair que toi. »

Pandora donna le morceau de tissu à Materu pour qu’il le renifle. À peine une seconde plus tard, il l’écarta de son nez et prit la parole.

« Pouah, celui qui porte ça doit passer à la douche et vite. Ca ne sent pas du tout la rose. »

« J’en déduis que tu n’as pas reconnu l’odeur » lui dit Pandora toujours accroupie qui sembla fixer quelque chose entre les roches.

« Non et franchement, je n’ai pas envie de savoir qui sens le phoque mal lavé comme ça. C’est infect. Tiens, je te le repasse. »

« Attend, je vois des cheveux entre ses deux rochers » s’exprima Pandora en se rapprochant puis en prenant les quelques cheveux en question avec ses ongles.

« Tu n’es plus œil de lynx, mais un œil de faucon. Je ne les avais même pas vus. »

« Ce sont des cheveux rouges. Qui a les cheveux rouges a Suna à part… »

Pandora s’arrêta en plein milieu de sa phrase, car elle pensa à une chose si stupide qu’elle en ria d’elle-même.

« Ça ne peut pas être ça. Comment ai-je pu penser à une chose aussi stupide ? Des fois, je m’étonne moi-même. »

« Tu n’es pas stupide Pandora, simplement rêveuse. Aller relève toi, prend ce machin puant et en route pour rentrer au village ou tes parents vont te passer un de c’est savon. »

Pandora se redressa, prit le tissu, mit les cheveux dessus, replia le tissu pour le mettre dans sa poche gauche.

« En route ! Je n’ai pas envie de me faire enguirlander ! »

« Un conseil avant de le porter en bandana, lave le plus d’une fois. Il cocotte vraiment. »

« Ne t’inquiète pas Neko Boy, je le laverais avec soin et….. » lui dit Pandora en le touchant puis en ajoutant tout de suite après ceci en commençant à courir.

« Chat, c’est toi le chat. »

« Tu veux jouer à ça ?! Je relève le défi. ! Accroche-toi Michihamaru, ça va décoiffer ! » s’écria-t-il en poursuivant Pandora qui eut une longueur d’avance.

Durant ce laps de temps, Temari et Kankuro cherchèrent leur frère chez eux parce qu’il devait assister au conseil de son village parce qu’il venait de devenir Kazekage. Ils le cherchèrent partout. Revenu au séjour, Kankuro prit la parole devant sa sœur.

« Il n’est manifestement pas là. Il est peut-être déjà au conseil."

« Il n’y est pas. Je suis sûre qu’il est encore allé l’espionner. Je ne le comprendrais jamais. En plus, cette fille n’a même pas encore son bandeau d’aspirante ninja contrairement à Matsuri. Il devrait s’intéressait à elle et non à cette….. »

« À cette quoi ? » demanda Gaara juste derrière sa sœur.

Kankuro ne l’avait pas vu venir et il remarqua qu’il était en tenue de Kazekage alors que tout à l’heure, il avait sa tunique rouge.

« Te voilà enfin. Je peux savoir où tu étais passé ? Le conseil nous attend de toute urgence. »

« Tu devrais éviter de prendre cette intonation avec lui » averti Kankuro.

« Kankuro n’a pas tort. Parle-moi autrement ou je te ferais enfermer sœur ou pas sœur. »

« J’aimerais bien voir ça. Nous t’avons cherché de partout, sans pouvoir te trouver. Tu as une explication ? »

« Si je n’ai plus le droit d’être seul un instant, hors de la vue de tous avant d’aller me changer. »

« Tu crois que je vais gober ton mensonge ? » demanda Temari.

« Tu as plutôt intérêt ou je ne donne pas chère de ta peau. Le conseil m’attend, je dois y aller » annonça Gaara en avançant vers la sortie.

« Je t’accompagne », lui dit Kankuro en le regagnant.

« Avoue que tu es allé l’espionner une fois de plus. Tu as le même regard brillant qu’à chaque fois que tu reviens de ta pause espionnage.»

Gara ne s’arrêta pas parce qu’il ne l’écouta même plus. Avant d’être hors de sa vue, il lui demanda ceci.

« Tu viens ou tu as besoin d’un porteur ? »

« J’arrive », dit-elle en marchant d’un pas assurer.

« Si cette petite peste ose l’approcher pour l’éloigner de moi, je l’enterre vivante », pensa Gaara en gardant un air froid.

« Si mon pauvre frère savait que c’est moi qui vais lui faire passer son test en plein désert, il en serait malade. Même si elle le réussit, je ne lui passerais pas ce foutu bandeau. Gaara doit l’oublier et pour ça, si elle meurt mystérieusement dans des conditions accidentelles, ça ne sera pas une grande perte, mais plutôt un soulagement » pensa Temari qui rejoint Kankuro et Gaara.

Plus ils se rapprochaient du village en courant, plus Materu rattrapa Pandora qui ralentit la course, car elle s’essouffla.

« Je vais t’avoir ! » s’écria Materu qui se rapprocha dangereusement d’elle.

Pandora voulut s’arrêter parce qu’elle en pouvait plus. En tapotant sa poche gauche et en pensant à ce qu’elle avait envisagé tout à l’heure, elle eut comme un pic d’adrénaline. Pandora accéléra le pas toujours talonner par Materu tenant Michihamaru contre lui.  

« D’où elle sort cette accélération ? Rien à faire, je l’aurais sur les toits » se dit Materu voyant le village se rapprocher d’eux.

Aux portes du village, il y avait deux sentinelles. Ils observèrent les deux jeunes se courir après. Ils les reconnurent instantanément.

« Ils sont toujours ensemble ces deux-là. Rien ne change » lança une sentinelle assez bien bâtie.

« Les choses changent avec le temps. Qu’ils s’amusent tant qu’ils sont encore jeunes parce qu’après, ils ne connaîtront que mort et désolation »
s’exprima la deuxième sentinelle plus âgée.

« Tu as raison l’ancien. Ces années-là sont précieuses. Ensuite, elles deviennent des souvenirs. »

« Les souvenirs forgent notre avenir et nous rendent plus forts, plus endurant et parfois, plus indulgent. »

« Sauf si ses souvenirs sont tachés de sang ou de larme. »

« Je vois ou tu veux en venir. Même la pire des enfances peut rendre un homme bon. »

« Ou le rendre destructeur. »

En regardant Materu et Pandora, la sentinelle baraquer ressentit un étrange chakra venant de Pandora qui ne fut qu’à quelques foulées de l’entrée du village.  

« Ce chakra ne m’est pas inconnu. Pourtant, je ne le reconnais pas. On dirait qu’il se cache au plus profond d’elle pour qu’on la croie faible et fragile. C’est étrange. »

« Très étrange en effet » lança l’ancien avant de ne plus parler pour penser.

« Est-ce que cette fille serait un réceptacle oublié ? Ou encore autre chose ? Je dois en référer au Kazekage. Cependant, je dois en avoir le cœur net. Demain, elle passe le test en compagnie de Temari. Voilà une occasion en or pour vérifier mes intuitions. »  

Pandora franchit l’entrée du village en première, saute sur une caisse en bois, puis sur le rebord d’une fenêtre pour attendre le toit. Materu fit pareil et
la coursa sur le toit. Pandora passa de toit en toit à toute vitesse, mais Materu fut plus rapide et rattrapa son retard.

« T’es cuite ! Ça va être toi le chat » dit-il en mettant Michihamaru sur sa tête et en tenant son bras droit vers elle.

« Alors ça, ça m’étonnerait » s’exprima-t-elle en s’arrêtant une demi-seconde pour faire le grand écart et abaisser sa tête.

Materu ne put ralentir sa course effrénée. Il trébucha sur Pandora et se rétamèrent le menton et le torse un peu plus loin devant elle.

« Ça fait mal » murmura-t-il.

« Ça va Materu ? Tu n’as pas le nez cassé ? »

« Je survivrais… »

Cette scène s’était passée juste sous la fenêtre du conseil. Personne n’y avait prêté attention, parce qu’ils étaient tous autour de la table du conseil sauf que Gaara était début près de la fenêtre. Un sourire s’afficha sur son visage. Il voulut rire, mais il ne pouvait pas parce qu’un membre du conseil s’adressa à lui de l’ordre du jour. Ce même membre du conseil l’avait interpelé une fois pour lui poser une question. Cependant Gaara ne l’avait pas entendu. Il eut les yeux rivés sur une jeune fille en compagnie de son ami ainsi que de son chat trop amical.

« Vous m’avez entendu seigneur Kazekage ? » demanda le membre du conseil.

« Continuez », répondit Gaara sans se retourner.

Au fond de la salle, il y avait Temari et Kankuro. Ils se demandaient ce qu’il fixait comme ça.

« Je voudrais bien savoir ce qu’il regarde comme ça » se dit Kankuro.

« Moi aussi » lança Temari qui fit quelques pas en direction de son frère.

« Reste ou tu es Temari. Ne viens pas près de moi. » s’exprima froidement Gaara.

« Je resterais ou je suis si tu me dis qu’est-ce que tu regardes comme ça. »

« Je regarde mon village, celui que je dois protéger en tant que Kazekage. »

« Tu as tout le temps que tu veux pour le regarder. Tu le connais par cœur. Je n’en vois pas l’intérêt à moins que quelque chose attire ton attention, n’est-ce pas Gaara ? »

« Ouvre encore ta bouche Temari et je te la fais coudre! » s’écria-t-il en se retournant vers elle, le regard glacial.

« Tu n’as pas le temps de rêvasser. Cette réunion du conseil n’est pas finie. Tu es prié d’y prêter attention. Tu es le Kazekage alors comporte-toi comme tel ! »

« Sors d’ici ! »

« Je sortirais d’ici en même temps que toi. Prends ton siège de Kazekage. Le village ne changera pas de visage en une heure à moins que ça ne soit pas le village que tu regardais. »

« Fais la sortir d’ici Kankuro avant que je me mette en colère. »

« Aller viens Temari, on s’en va » qui la prit par le bras droit.

« Lâche-moi Kankuro ! Je ne bougerais pas d’ici tant que Gaara ne sera pas assis dans son siège de Kazekage. »

« Ne fais pas ta forte tête Temari et viens avec moi. »

« Tu vas me lâcher oui avant que je te fasse bouffer ta marionnette ?! »

Kankuro la lâcha parce qu’il ne voulut pas plus insister. Juste à ce moment-là, Gaara regarda une nouvelle fois par la fenêtre en mettant sa main droite dessus pour revoir une certaine jeune fille, mais Pandora n’était plus là. Elle avait filé avec son ami. Gaara la chercha du regard, mais il ne la vit plus. Le Kazekage crut rentrer dans une rage folle voir meurtrière, mais il devait rester le plus calme possible pour ne pas éveiller les soupçons. Gaara fit crisser ses ongles sur la vitre, plus annonça d’une voix grave et froide.

« Sort d’ici Temari, je t’ai assez vu pour la journée. »

« Tu deviens sourd ma parole, je t’ai dit que… » dit Temari avait de se prendre une attaque de sable de son frère en pleine figure.

Elle fut projetée à travers les portes de la salle du conseil et retomba lourdement sur le dos. Kankuro eut peur de son frère donc il sortit sans faire d’histoire et alla se mettre sur la droite de Temari pour l’aider à se relever.

« Je n’ai pas besoin de ton aide pour me relever. »

« Comme tu voudras », répondit-il.

Temari resta à moitié allonger parce qu’elle avait reçu un mauvais coup au niveau des omoplates.

« Hors de ma vue Temari et ne t’avise pas de remettre les pieds dans cette salle » s’écria Gaara en refermant les portes du conseil grâce à son sable.
Temari l’avait mauvaise si mauvaise qu’elle lança ceci a Kankuro.

« Dit-moi Kankuro, est-ce que ça te dirait d’avoir un cadavre de femme pour en faire une marionnette afin d’agrandir ta collection ? »

« Si elle est puissante, pourquoi pas. Pourquoi cette question ? » demanda son frère.

« Parce que je vais t’en fournir une ! » s’écria Temari folle de rage.

Revenons un peu en arrière, là où Materu venait de se casser la figure à cause de son amie. Michihamaru était bien resté accroché à la tête de son maitre. Étaler comme une crêpe sur le ventre, Materu ne put se redresser de suite, alors il bascula sur le dos en disant ceci à Pandora.

« Tu m’as bien eue. Mon nez ne s’en relèvera pas de sitôt…Aie. »

Son nez saigna sans pour autant être cassé.

« Désoler Neko Boy. Cela m’a paru une bonne idée sur le coup. Pour me faire pardonner, tu mangeras quelques petits sablés tout chauds. »

« Un seul parce que cet été, je veux être le king de la plage. Je dois faire attention à ce que je mange. »

« Tu veux plaire à quelqu’un en particulier ? »

« Pas forcément. Par contre toi, je suis sûre que tu vas faire un régime pour attirer le regard de ton précieux Kazekage. »

« Tu crois sérieusement que j’ai besoin d’un régime ? »

« Tu as deux bons kilos en trop sur les cuisses. »

« Je sais ! Tu ne peux pas savoir à quel point c’est dur de résister à toutes ses bonnes pâtisseries quand tu vis au-dessus de la boulangerie. C’est une torture. »

« Je veux bien te croire. Je suis sûre que si j’étais à ta place, j’aurais quelques kilos en trop. »

« C’est sûr qu’à force de manger du renne à la bougie, tu ne risques pas de grossir. »

« Je ne mange pas que ça et maintenant que j’y pense….. » dit-il en redressant le haut de son corps pour se tenir avec ses mains qu’il positionna juste derrière lui pour prendre appui.

« Tu ne devais pas vite rentrer à la boulangerie pour confectionner tes petits sablés ? »

« Zut la boulangerie ! C’est malin avec tes conneries, je vais finir par être vraiment en retard. Tu sais que ça prend plus d’une heure et demie pour les confectionner et les passer au four ?! »

« Comment ça à cause de mes conneries ? Ce n’est pas moi qui et décider de faire le grand écart pour faire valser l’un de ses meilleurs potes dans les airs. Tu me devras plus qu’un petit sablé. »

« Entendu, mais pour l’instant, je n’ai plus le temps de discuter avec toi et donc….. » dit-elle en regroupant ses jambes devant avant de prendre appui sur ses mains afin d’élever son bassin puis ses jambes pour se mettre la tête en bas avant de faire redescendre ses jambes pour faire une demi-roue.

Une fois sur pied devant son ami, elle lui tendit sa main droite pour lui dire ceci.

« Match nul. Tu viens m’aider à les confectionner ou tu vas être mon garde du corps jusqu’à la boulangerie ? »

« Si je prends ta main, ça sera toi le chat. Tu seras obligé de me courir après, mais vu que tu dois rentrer à la boulangerie….. » lança-t-il en prenant la main droite de son amie avec sa main droite.

Pandora l’aida à se redresser et Materu finit sa phrase.

« Je serais ton garde du corps si tu arrives à me rattraper ! » s’écria-t-il en donna une tape sur les fesses de Pandora avant de se retourner pour fuir comme un lapin en rigolant toujours avec Michihamaru agrippé à sa tête.

« Reviens ici espèce de pervers ! » s’écria Pandora en le pourchassant dans toute la ville avant que Materu n’arrive en premier devant la boulangerie.

« Je crois que j’ai gagné » lança Materu pas épuisé contrairement à Pandora qui aurait pu cracher ses poumons.

« Tu m’as prise par surprise. La prochaine fois, je t’aurai Neko Boy. »

« Je n’en doute pas Foxy girl. Aller viens ou ta mère va s’inquiéter » s’exprima Materu en ouvrant la porte.

Une petite cloche placée au-dessus de la porte avait sonné quand Materu avait ouvert la porte.

« J’ai besoin d’un verre d’eau » annonça Pandora en se rapprochant de Materu qui maintenu la porte ouverte avec son bras droit.

« Les dames d’abord. »

« Merci » remercia Pandora en franchissant le seuil de la boulangerie.

Nosykaa, la mère de Pandora avait entendu la cloche et elle ouvrit le rideau qui sépara la boutique de la salle de confectionnent.

« Tu es enfin revenu ma chérie. Je constate que vous avez fait encore la course avec Materu. »

« Nous n’étions à la forêt pétrifiés maman. Nous avons couru pour venu jusqu’ici » avoue Pandora encore toute essoufflé.

« J’aurais peut-être du te porter pour qu’on arrive plus vite » plaisanta Materu.

« Très drôle » rétorqua Pandora.

« Merci de l’avoir raccompagné Materu. Tu peux passer à quatre heures si tu veux pour manger quelques petits sablés » annonça Nosykaa.

« Ça sera avec grand plaisir. Je vais voir Ulos et Punky. On se voie tout à l’heure Pandora » confia Materu.

Pandora se retourna vers Materu pour le saluer.

« À tout à l’heure Materu et Michihamaru. Évite de griffer le nez de mon Punky, tu seras gentil. »

Michihamaru s’était presque endormi, mais il trouva la force de faire signe d’une patte à Pandora comme pour lui dire qu’il l’avait comprise.

« À tout à l’heure vous deux » ajouta Nosykaa qui apprécia Materu.

« Chat lu » dit-il avant de fermer la porte de la boulangerie pour partir vers la forge afin de rejoindre Ulos et Punky.

« Il est temps que je me mette aux fourneaux. J’aurais besoin d’un verre d’eau avant de commencer et puis, il est ou papa ? »

« Il assiste au conseil du village. En tant que l’un des membres, il se devait d’y assister même s’il préférerait être ici pour aider sa fille chérie. »

« C’est vrai que papa m’aide bien. Cependant, je préfère les confectionner sans lui parce qu’il trempe toujours son doigt dans le mélange. Ça me fait toujours enragé et il le sait. »

« C’est sa taquinerie préférer. Ne lui ôte pas son plaisir. »

« Ça renforce notre complicité père fille. Finalement, ça ne me déplait pas tant que ça « avoua Pandora.

« Ça, c’est ma fille. Aller va mettre ton tablier. Tes petits sablés ne vont pas se faire tout seul. »

« Oui maman » lança Pandora avec un grand sourire.

Pendant ce temps, Kankuro avait raccompagné sa sœur folle furieuse dehors. Elle voulut aller à la boulangerie sous la forme de Gaara, mais Kankuro l’en dissuada donc Temari s’en alla s’entrainer dans le désert parce que demain, elle avait bien l’intention d’en finir avec Pandora. Le temps passa assez rapidement et la réunion du conseil se termina à quatre heures moins cinq. Quasiment tous les membres du conseil rentrèrent chez eux sauf Ginto, le père de Pandora. Il rendit visite la fleuriste Karie. Il voulait offrir des fleurs à sa femme adorée. Gaara quand t’as lui, déambula dans son village sans but précis. Il n’avait pas très envie de rentrer chez lui, ni même d’aller s’entrainer ou encore d’aller dire deux mots à sa sœur. Gaara pensa à quelque chose qui le fit sourire. Dans la salle de confection, Pandora s’était activé comme une folle pour que ses petits sablés soient prêts et tout chauds avant quatre heures. Pandora venait juste de les sortir du four. Attendant une minute, puis elle les sous-poudre de sucre glace.
« Je crois qu’ils sont prêts pour être mis en vitrine », annonça Nosykaa, fière du travail de sa fille.

« Je vais les mettre tout de suite en vitrine » conclue Pandora.

« Attends » lui dit sa mère en sortant de sa poche de tablier le morceau de tissu rouge que Pandora lui avait donné à laver avant de se mettre au travail.

« Il est tout propre à présent et les cheveux qu’ils y avaient dedans sont dans une petite boite sur ta table de nuit. Tu peux le porter en bandana. »
Pandora le prit, le mit sur sa tête et le noua derrière sa tête.

« Il te va bien ma chérie » lança sa mère.

« Merci de me l’avoir lavé maman. Il est temps que ses petits sablés prennent leur place en vitrine » lança Pandora en prenant son plateau de petits sablés pour se rendre dans la pièce servant de boutique, derrière la vitrine afin de les poser sur un plateau d’argent tout en chantonnant une petite chanson qu’elle apprécia.

Elle les posa un par un sur le plateau d’argent afin de ne pas un briser un seul. Soudain, elle entendit la cloche de la porte d’entrée sonner. Elle lança ceci sans relever sa tête parce qu’il lui resta quelques petits sablés à placer.

« Bienvenue au chou à la crème, que puis-je faire pour…… » dit-elle en redressant sa tête pour voir l’homme qui venait d’entré.
Pandora ouvrit de grands yeux ronds et crut avoir un malaise parce qu’elle n’en crut pas ses yeux.
« …vous » fit-elle pour finir sa phrase.

Elle ne pouvait rien dire de plus, car l’homme qui venait de rentrer dans la boutique ne fut autre que le Kazekage, Gaara.
Du coter de la vipère blonde, elle s’entraîna dans le désert, histoire de calmer ses nerfs.

« Invocation ! Danse décapitation rapide » s’écria Temari en attaquant des clones de sable de Pandora.

L’attaque de Temari ne fit qu’une bouchée des clones de sable de la jeune fille. Temari avait en horreur cette fille. Elle pensant à tort qu’elle éprouva des sentiments pour son frère à cause de son rang de Kazekage.

« Si je pouvais la décapiter ainsi demain, j’ôterais une sacrée épine du pied au village et surtout du cœur de mon baka de frère. J’ai hâte de la voir ramper à mes pieds, supplier ma clémence. Je n’aurais aucune pitié pour elle. Elle finira six pieds sous terre dans ce désert. Je m’en fais la promesse. »

Temari continua son entrainement et élabora diverses stratégies pour vaincre sa future adversaire qui pouvait être pleine de ressource. À peine, eu telle fini son entrainement qu’elle entendit quelqu’un arriver au nord-ouest de sa position. Temari leva les yeux vers l’individu qui se trouva être Kankuro. Temari rangea son éventail dans son dos, puis elle parla à son frère.

« Je peux savoir ce que tu fiches ici ? Tu ne devrais pas être à la maison à faire je ne sais trop quoi. »

« Qu’est-ce que tu peux être désagréable. Rien que pour ça, je ne te dirais pas ou j’ai vu notre frère entrer. »

« Rentrer ? Il est Kazekage du village, il entre où il veut. Je ne vois pas où tu veux en venir. »

« Si je te disais qu’il a enfin sauté le pas. Tu me comprends là ? »

« Ne me dis pas qu’il sait dévouer pour y aller à ta place. »

« Tout juste. Normalement, c’est à moi d’aller la chercher. J’en profite pour la reluquer, mais là, monsieur a décidé d’y aller. »

« C’est plus grave que je ne le pensais. Je dois prendre des mesures au plus vite. Je pense que le test de Pandora va être avancé à cinq heures cette après-midi. »

« Je te déconseille de faire ça et cela pour diverses raisons. La première, c’est qu’elle ne sait pas échauffer. Remarque, ça tu t’en fiches royalement. La seconde, si Gaara apprend ceci, il va te donner une punition que tu vas détester et la troisième raison, c’est que les tests ce font le matin et non le soir ou quand tu en as envie. »

« Je me demande pourquoi je prends mon temps à te parler. Néanmoins, il faut avouer que tu n’as pas tort. D’accord, son test aura bien lieu demain matin, à moins que j’aie un avant-gout de son jutsu ainsi que de ses faibles capacités. »

« Comment tu comptes t’y prendre, je te pris ? »

« Tu vas la défier en combat amical. »

« Je vais quoi ! »

« Tu as très bien entendu ou je dis à Gaara que tu reluques la petite boulangère. »

« Tu n’oseras pas me faire ça ?! »

« Pour le bien-être du village et surtout pour l’esprit borner de notre frère, c’est bien le cas. Je suis prête à te mettre au milieu de tout ça juste pour voir le visage tout rouge de Gaara. Il n’aura plus qu’une envie, te botter les fesses avec son sable. »

« Ça va, tu as gagné. J’irais lui demander si elle veut bien se battre contre moi. Je lui dirais que je souhaite qu’elle ait toutes ses chances pour te foutre une bonne dérouiller. »

« Ne rêve pas trop Kankuro. Elle n’a aucune chance de me battre, ni même de me faire saigné. Je suis plus forte qu’elle et elle devrait se méfier parce que je serais sans pitié. »

« J’ai l’impression d’entendre Gaara. Tu peux là mal mener ou même l’envoyer à l’hôpital, mais si jamais tu la tues, non seulement tu auras ses parents sur le dos, mais Gaara ne te le pardonnera jamais, tout comme moi ! »

« Sauf si ça a l’air d’un accident ou alors des ennemis nous ont attaqués et je n’ai rien pu faire pour la protéger »

« Je comprends que tu veuilles que Gaara garde la tête froide pour le bien de notre village. Cependant, il a le droit de trouver Pandora jolie comme moi. »

« Toi, tu la trouves jolie et lui, il commence à l’aimer. Gaara ne doit aimer que lui. Tant qu’il sera Kazekage, il n’aurait pas la place dans son cœur pour l’amour. Laisse-moi à présent et prépare ta marionnette. Tu vas devoir livrer un combat. »

« D’accord, je m’en vais. Néanmoins, je n’irais pas jusqu’à lui faire du mal ou la blesser gravement. C’est un combat d’entrainement et rien d’autre. Aussi, puisque tu vas nous espionner, tu veux que je la défie où ? »

« Dans la forêt pétrifiée ou dans le dojo de Suna. Comme tu veux, ça m’est égal. »

« Le dojo est un bon terrain, cependant, tu ne pourras pas l’espionner tranquillement. Par conséquent, la forêt pétrifiée est un endroit idéal. »

« L’oasis est un endroit pas mal aussi. L’eau y est délicieuse. »

« Je vais y réfléchir. Tu m’excuseras, je rentre à Suna. A plus tard » lui dit Kankuro avant de partir pour retourner au village.

« Si seulement je pouvais avoir le pouvoir du clan Yamanaka, je manipulerais mon frère pour qu’il la tue à ma place. Ensuite, Gaara n’en fera qu’une bouchée frère. Peut-être qu’un futur aspirant ninja à se jutsu ici ou alors, je vais devoir aller voir l’assassin de notre village. Je sais qu’il possède ce genre de jutsu. J’espère qu’il acceptera de me rendre ce petit service » se murmura Temari qui resta un moment là avant de se décider à rentrer elle aussi au village.  

Pendant ce temps, à la boulangerie, Pandora crut perdre tous ses moyens, car Gaara était là, juste en face d’elle. Pandora savait qu’elle devait garder la tête froide même si son esprit était sur exciter de le voir d’aussi prés. Notre jeune fille atténua son stress ainsi que son esprit sur volter en évitant de regarder Gaara dans les yeux et aussi en se disant que tout alla bien se passer.

« Tout va très bien, c’est juste le Kazekage, pas de quoi paniquer, même si je voudrais bien savoir pourquoi il a remplacé son frère aujourd’hui. Et si jamais je fais une borde ou si je parle trop vite, il voudra plus me regarder. Ce n’est pas le moment de paniquer, malgré qu’il y ait de quoi paniquer ! »
Elle posa le plat de cuisson sur le rebord de derrière la vitrine que se trouva devant elle. Gaara n’avait pas encore prononcé un seul mot que Pandora dut parler en premier avec son sourire d’ange.

« Bonjour seigneur Kazekage. Vous prendrez comme d’habitude, enfin comme votre frère prend d’habitude vu qu’aujourd’hui, c’est vous qui êtes là » demanda Pandora qui crut en perdre son latin avec sa douce voix et en regardant Gaara pas vraiment dans les yeux.

« Oui, s’il vous plait » dit-il en remarquant le bandana de Pandora.

« Bien » lança timidement Pandora en se retournant prendre une baguette de pain bien cuite ainsi qu’un sachet pour la mettre dedans.

« Ce bout de tissu lui va mieux qu’à moi » pensa Gaara en fessant quelques pas pour arriver devant la caisse enregistreuse de la boutique.
Pandora en trembla d’émotion et eu quelques frissons. Pour se calmer, Pandora prit une grande inspiration, puis se rendit devant la caisse enregistreuse posée la baguette de pain sur la droite de la caisse.  

« Ça sera tout seigneur Kazekage ? » demanda Pandora qui n’osa toujours pas le regarder dans les yeux même si elle afficha toujours un grand sourire.

« Oui. Combien est-ce que je vous dois ? » questionna-t-il en sortant quelques pièces de sa poche de tunique

« 100 yen s’il vous plait seigneur Kazekage. »

Gaara regarda le nombre marquer à la craie sur la petite ardoise pour indiquer le prix d’une baguette et il lui ‘120 yen’ ce qui l’intrigua.

« Pourtant c’est marqué 120 sur la petite ardoise. »

« Pour le Kazekage, protecteur de notre village, il est normal qu’il y ait un petit rabais. »

« C’est exact. Cependant, je ne veux pas de traitement de faveur. Votre travail mérite d’être récompensé. Vous ne pensez pas ? »

« Oui » répondit timidement Pandora qui commença à rougir.

Elle s’était retenue pendant un moment, mais Pandora fut si intimidé que ses joues rougissaient a vu d’œil. Gaara ne savait comment réagir en les voyants. Il dut rester fidèle à lui-même. Gaara déposa quelques pièces dans la coupelle avant d’approcher sa main gauche de la baguette, mais Pandora la prit pour lui tendre. En un geste innocent, la main gauche de Gaara se mit sur la main droite de Pandora et tous deux sentir comme un courant électrique passer entre eux ce qui fit rougir Pandora de plus belle. Pandora l’avait très bien ressenti tout comme Gaara qui ne comprit pas tout de suite quel était ce courant électrique.

« Je suis en train de rêver… Ce n’est pas possible que Gaara soit en traine de me toucher la main… C’est un rêve, je vais me réveiller… Pourtant j’ai bien ressenti ce courant… Est-ce que ça serait… »

Au même instant Gaara pensa…

« Qu’es ce que c’est… Qu’est-ce qui m’arrive ? À peine, j’ai mis ma main sur la sienne que j’ai ressenti ce courant… Je n’ai jamais connue ça… C’est si étrange et en même temps, ça m’apaise… Ça me fait presque chaud au cœur… Est-ce que ça serait… »

« Le courant électrique de l’amour » pensa au même instant Gaara et Pandora échangeant un regard pour la première fois.

A suivre.....

P.S: N'hésitez pas a commenter ma fiction!
avatar
Pandora Opéra

Messages : 12
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 24
Localisation : Dans le monde de Naruto!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pandora Opéra, dans l'ombre de Naruto

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum