La Génèse de l'Apocalypse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Génèse de l'Apocalypse

Message par RavenBlack le Mer 16 Sep - 20:08

Chapitre 1 : Vers une amélioration du niveau de vie

Paris, 2222, en plein centre ville...

Une impressionnante foule s'agglutinaient autour d'un homme. Lui sous une capuche de curée distribue des paquets d'argents.
" - Loué soit le donateur, il apporte paix et bonheur, crie un homme recevant son argent enficelé.
- Oui, qu'il vive éternellement ! enchérie une femme prenant la liasse.
- Il y en aura pour tout le monde, ne vous pressez pas, dit l'homme en toge.
- Merci mon dieu ! ajoute un garçon.”
Un garçon attrapa une liasse et court vers son appartement.
“ - Maman, maman regarde ce que j'ai eu !
Il agita la liasse de billet devant elle. La mère prend une mine déconcerté. Elle démarre au quart de tour.
- Qu'est ce que tu viens de faire ? Tu es fou ! Dit elle en haussant le ton. Elle lui attrapa les billets de sa main. Elle le gifla. File dans ta chambre !!
- Mais... Il pleura et ouvra en grand la porte coulissante de sa chambre.
- Eh, ça va petit frère ?
- Oui Caïn, c'est juste que je pensais faire plaisir à Maman avec de l'argent...
- L'argent ?
- Oui il en donne dans la rue pas très loin
- Alors elle avait raison, qu'est-ce qui ta pris, purée !
- Je voulais juste qu'on arrête de mourir de faim.
...
- Tu crois que ce n'est pas une bonne chose de ne pas mourir de faim ?
...
- Répond Caïn !
Il pris un instant pour regarder Abraham, son petit frère qui était si innocent, il avait 14 ans, les cheveux noirs comme ses yeux, le teint blanc, il adorait porter des pantalon lâches, des bottines et des gants non fermer. Il porte des tee shirt blanc en général. Caïn lui dit :
- Si, c'est juste que l'argent corrompt tout, si tu regardes en arrière c'est a cause de l'argent qu'on vit dans cette merde.
- Je n'ai pas assisté a ça, j'étais trop jeune, dit Abraham.
- Oui, heureusement car ce genre d'évènement marque au fer rouge ta mémoire pour toujours.
- Si tu veux, je dois aller travailler.
- Ok on reparle plus tard grand frère.”
Caïn sourit a son frère en sortant de la pièce. Il prit les escaliers de secours et descendit dans la rue. Il passa devant une auberge, puis une autre et devant un bâtiment en ruine. C'était un de ses gros immeubles qui pouvait accueillir une centaine de personnes. Il s'arrêta puis regarda dans un morceaux de verre brisés.
Il était chatains clairs, aux yeux blancs, il n'est pas aveugle. Son teint était légèrement ébène. Il mesurait dans les 1 mètres 80. Niveau musculaire, il était plutôt bien dôté. Il travaillait sur un chantier. Les employeurs les payaient avec des pièces d'or.
Plusieurs personnes se déplacçient à cheval dans la ville. Oui, en tout plus des trois quart de la population mondiale avait disparut. Brûlé dans des crématorium. Car on ne pouvait pas les enterrer, pas assez de place. La troisième guerre mondiale avait éclaté en 2202. Une dispute a propos d'un territoire assez riche pour couvrir les dettes de chacun. Sauf que dans cette guerre, un groupe de fanatique se sont fixés une mission de destruction de la technologie. Chaque pays se sont mutuellement détruit leurs technologies.
La guerre s'est terminer aux glaives et flèches.
C'est ça le plus bizarre, comment les armes a feux ont disparus ? Maman dit que c'est l'oeuvre de dieu ou du diable. Qui fatigué de voir les centaines de millions de mort, on convertit leurs armes de destructions massive en arme du Moyen Age comme punition. Mais comme ce n'était pas suffisant, quand la guerre fut terminer, tout ceux participant au conflit mourrurent d'une mystérieuse maladie.
Le trajet s'écoula vite, quand il arriva une demie heure plus tard devant le lieu de son travail. Le maitre de chantier le vit, checka son nom sur une liste avec une plume.
“ - Avar Caïn, veuillez aller à l'entrepôt et commencer a déballer les affaires !
- Bien monsieur !”
L'entrée de l'entrepot était garder par deux vigiles en armure et avec une épée fine. Deux autres vigiles, plutôt des archers sont sur le toit du bâtiment de stockage. Oui, autant appeler des chats des chats.
“ - Avar, prend des poutres de bois, on va en avoir besoin.
- Ok monsieur.”
Il prit une poutre qu'il emmèna sur le chantier, il la déposa au sol, puis en prit une deuxième. Il refait le schéma plusieurs fois d'affilés.
“ - Avar c'est bien, maintenant si tu pouvais aller chercher de la pierre et du sable avec une brouette, ça nous ferait plaisir. Toi aussi Marius.
- Bien monsieur, dirent les deux.”
Caïn ne connaissait que très peu Marius mais il l'avait déjà aperçu dans la rue ou sur un autre chantier.
Marius est du genre muet, enfin c'est un genre de robot s'ayant emmurer dans le silence. La force qu'il avait déployé durant ces jours-ci était impressionnante.
Ils prirent des brouettes et des pelles. Ils allèrent vers le tas de sable et de pierre. Ils se divisèrent le travail, l'un prend les pierres et l'autre le sable. Et a tour de rôle chacun chargèrent les deux histoires d'avoir un bon apprivoisement.
Après deux heures de travail, le maître d'œuvre ordonne aux garçons de faire une pause, il leurs file de l'or pour qu'ils aillent se nourrir. Sur le chemin, Caïn essaye de faire parler Marius :
« - Bonjour moi c'est Caïn ! Dit ce dernier en tendant la main.
- Ouais enchanté...
- T'es pas très bavard ?
- Je n'aime pas parler
- Je vois ça !
- Merde tu veux que je te dise quoi ?
- Rien je veux juste une poignée de main c'est tout.
- Ok dans ce cas-là... il lui donna la main. Content ?
- Oui
- Alors n'en parlons plus !
- D'accord. »
Ils entrèrent dans un resto et demandèrent un plat de patte. Chose étrange, le même plat, pâtes carbonara et chacun en entamant la première bouchée s'exclama. Ah j'adore ces pattes !
Il est pas méchant, il est juste spécial, pense Caïn.
Ils retournèrent sur le chantier, le chef leur dit qui avait besoin de plus de bois, plus de pierre et de sable.
Donc de nouveau ils firent des trajets de l'entrepôt au terrain. Des troncs par dixaine. Puis prirent les brouettes et c'était partit pour le deuxième round.
« - Vous avez très bien travailler les gars ! Je vous libère pour aujourd'hui !
- Vraiment ?
- Oui aller filer chez vous ! »
Les deux garçons ne se firent pas prier, ils étaient peut être travailleur mais quand le maitre d'œuvre leur disait qu'il devait arreter, il fallait respecter ça.
Vivant l'un l'autre dans des quartiers différents, ils partirent un moment dans des positions différentes.
Caïn obtint un « Au revoir » de Marius. Une première. Caïn le lui retourna.
Quand il ouvra la porte de sa maison, il sentit une odeur des plus agréables ; Une odeur de boeuf bourguignon. Il pensa que c'est grâce à l'argent de ce donateur. Peut-être que cette homme ne nous veut que du bien, pense t-il.
Il alla devant la porte de sa chambre ou son frère jouait avec des soldats en plastique. Il entendit :
« - Meurt mon frère, tu nous as tous trahit.
Il écouta jusqu'au bout
- Non c'est vous qui vous êtes laisser à la folie.
- Euh Abraham ?
- Oui grand frère ?
- Tu joues a quoi ?
- A rien, je pensais a comment a du se passer la scène dans la Bible.
- Oui mais on dirait que tu y mettais du cœur.
- J'aime dans les histoires y mettre du coeur, ça les rend plus vivante.
- Les garçons on mange, a table !
- On arrive maman. »
Caïn laissait son frère passer devant pour ne pas laisser celui-ci observer son air sombre qu'il avait sur son visage. Il divaguait, c'est la première fois que son frère jouait une scène de l'Ancien Testament.
C'était étrange.
La mère lui demanda si le travail c'était bien passer. Il hocha de la tête. C'était éprouvant, la chaleur, la quantité de chargement et de déchargement a effectuer. Il était exténuer, il irait très rapidement se coucher. Et puis, heureusement qu'il y avait ce Marius. Marius Org, qui l'aidait.
La mère prit ensuite la parole, elle leur raconta comment elle a fait les courses. Elle leur fit part de son envie de rechercher leur heureux donateur. Pour voir s'ils n'ont pas besoin d'aide pour distribuer l'argent.
« - Je pense que c'est une mauvaise idée
- Oh Caïn comme tu es négatif !
- Je suis raisonnable, pas négatif !
- Si tu es négatif, rappelle-toi de l'année dernière, tu disais que les choses ne s'amélioreront jamais !
Et c'était vrai ! Jusqu'à ce que le chef de chantier te ramasse sur le bord de la route. Quand tu te lamentais. Et maintenant ça, c'est définitivement Dieu qui nous envoie de l'aide.
- Oui oui c'est ça ! crie Caïn en poussant sa chaise sur le sol. Il ouvrit la porte de l'appartement descendit dans la rue.
Il marche dans la fraîcheur de la nuit. La nuit tout faisait peur. Car l'électricité aussi avait disparu. Les gens chauffait leur maison au feu de bois. Pour la nuit les gens avait les lampes à l'huile. Caïn préférait se baladait dans une obscurité quasi totale car durant la journée il souffrait beaucoup des yeux.
Ses balades nocturnes l'aidait a mieux voir les choses. L'aidait a se calmer.
« L'argent, tout en revient là au final. C'est la cause de la troisième guerre mondiale et de cette terre si riche que les hostilités ont commencer. L'argent corrompt les hommes. Quand apprendront nous de nos erreur ? Pourquoi les hommes sont si avides d'argent ? pense Caïn. »
Il arrive devant son chantier il avançait bien. C'est fou, il aura aider à la construction d'un foyer pour les pauvres. Certes c'est un loyer provisoire en provision qu'ils se récupèrent mais quand même. Pour éviter tout problème, chaque appartement aura deux chambres et une salle de bain. Avec des petites fenêtres dans chacune pour éviter les effractions. Le salon, sera la pièce centrale du deuxième et troisième étage. Au rez de chaussés, il y aura la cuisine et salle a manger commune.
Après avoir observé son chantier, il retourna chez lui et se glissa dans ses draps. Demain l'attendra la même routine, mais ce sera pour le bien de la communauté.
En pleine nuit, il se réveilla pour boire un coup d'eau, il faisait chaud. Quand il se recoucha et tourna la tête vers le lit de son petit frère il entendit murmurer comme un refrain :
« - Et le troisième jour, il déboula dans la pièce pour, assener un coup de poignard dans, le cœur de son frère. Et le troisième jour, il déboula dans la pièce pour, assener un coup de poignard dans, le cœur de son frère. Et le troisième jour, il déboula dans la pièce pour, assener un coup de poignard dans, le cœur de son... il ouvrit les yeux en grand et tourna la tête comme une marionnette vers le lit de son frère et termina sa phrase... Frère ! » Son regard était vide, comme si seul l'enveloppe corporel de son petit frère perdurait.
Une longue décharge électrique parcourra l'échine de Caïn, les phrases qu'il venait d'entendre sonnait comme un rituel satanique. En plus, ce regard a te glacer le sang... Il se lève et sort en courant en pleine nuit. Dehors, il suffoqua, manquant de tomber. Il se met a courir, comme si le diable était a ses trousses.

Sans le savoir, mais en commençant a le sentir, son monde venait à s'écrouler.

Voici mon premier chapitre de mon histoire manga, j'aimerais me trouver un dessinateur pour qu'il me fasse des planches. Bref, les chapitres sortiront en fonction de deux choses, les vues et commentaires que le topic engendrera et mon avancée dans celle-ci. J'ai pour le moment le deuxième chapitre complet mais je le garde jusqu'a ce que j'ai le 3 et j'envisagerais de le publier. Histoire de garder une avance d'un chapitre. Toujours. Voilà j'attends vos commentaires ^^
avatar
RavenBlack

Messages : 11
Date d'inscription : 14/09/2015
Age : 25
Localisation : Villanueva de la Cañada, Madrid

Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Trilogie-Le-Trou-Noir-876550579068662/t

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Génèse de l'Apocalypse

Message par MrVince60 le Mer 16 Sep - 21:13

T'as déjà eu mon avis sur ce chapitre, je vais attendre les autres ^^ ^^ ^^ ^^

alien alien alien alien
avatar
MrVince60

Messages : 37
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 21
Localisation : France, Creil

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/user/MineCoopMrVinceAndCO    https://www

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Génèse de l'Apocalypse

Message par DrakynYolo le Dim 20 Sep - 19:47

Moi, tu n'as pas eut on avis, du coup je te le donne Very Happy

Personnellement j'aime bien l'atmosphère qui règne dans ce premier chapitre, y a un petit quelque chose qui rend le tout intéressant et intriguant en même temps. Reste a voir la suite du coup ^^
avatar
DrakynYolo

Messages : 8
Date d'inscription : 20/09/2015
Localisation : France, Nantes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Génèse de l'Apocalypse

Message par RavenBlack le Ven 25 Sep - 21:46

Chapitre 2 : Ce n'est juste qu'un cauchemar

L'aube était là, pointant ses premiers rayons de soleil sur la nuit chaotique. Le maître d'œuvre regarda avec insistance le jeune Caïn qui dormait. Il se demanda s'il devait le réveiller ou le laisser dormir encore un petit peu adosser contre le pilier de la bâtisse.
Préoccuper par cette présence si prématuré, il le réveilla en douceur :
« - Hé Caïn, c'est le matin, c'est l'heure de bosser si tu veux ?
- Hein ? J'ai dormi là ? Merde alors !
- C'est pas grave, heureusement que tu t'es pas fait agresser.
- Oui, aller, je vais me mettre au travail.»
Le maître de chantier lui filait les clés et lui expliquait ce que font les premiers sur le chantier. Il préparait les outils nécessaires aux ouvriers. Les sortant un par un. Il pouvait ensuite préparer les tas de sables, pierres et poutres pour s'avancer. Et pour laisser du travail a Marius il aiderait les ouvriers dans des tâches de constructions.
« - Tu as l'air d'avoir passer une sale nuit, je peux demander pourquoi ?
- Je préférerais pas, ça risque de me faire passer pour un peureux ou un fou.
- D'accord, quoi que c'est, l'esprit humain imagine parfois des choses qui ne sont pas réel.
- Ok, bon je vais me mettre à la besogne. »
 
Marius débarqua une heure plus tard pour aider Caïn, lui aussi avait une affreuse mine. Evidemment pas très bavard, le chef de chantier n'obtint rien de lui. Même Caïn ne lui demanda rien. Car Caïn avait eu ses propres problèmes. Ils travaillèrent donc l'un avec l'autre avec cette symbiose qui les caractérisaient. Ils aidèrent les ouvriers dans leurs tâches quotidiennes. Par exemple en leur tenant les poutres pendant qu'ils les fixaient aux plafonds ou au sol. Ou les aidait quand ils mesuraient la longueur, hauteur ou largeur des poutres. C'est vers la pause déjeuner que les deux allaient dans le même café de d'habitude. L'air était chargé de lourdeur. Un voudrait avoué à l'autre ce qu'il a vu la nuit dernière mais à peur que l'autre le prenne pour un fou. Ils restèrent donc dans le silence à manger un sandwich jambon fromage. Ils se rendirent sur le chantier et travaillèrent encore quatre heures.
Sauf que Caïn étant arrivé plus tôt parti logiquement plus tôt et rentra dans son appartement avec une boule de nerf qui se formait dans l'estomac.
Quand il franchit la porte d'entrée, il ne vit que sa mère avec un air préoccupé sur le visage :
« - Ca va Maman ? Demanda Caïn.
- Non, c'est ton frère, il est malade ! Il n'a pas ouvert les yeux de la journée. Il est comme un paralytique.
- Comment ça il est paralysé ?
Cette question il l'avait posé pour réfléchir deux minutes. Donc, hier il délirait bel et bien. C'était un genre d'état léthurgique second.
- Vois par toi même ! S'écrit la mère. Elle ouvre la porte et le frère sous la lumière du jour est blanc comme un cadavre. Il n'est vraiment pas beau a voir.
- Ça fait longtemps qu'il est comme ça ?
- Depuis que je me suis réveiller, d'ailleurs tu n'étais pas là hier soir ?
- Non, j'ai eu du mal a dormir, donc j'ai courus un moment et me suis posé a un endroit pour dormir. Le fait est que c'était le chantier donc...
- Ah ok, je ne me suis pas inquiétée car je sais que tu fais ça au moins une fois par mois. J'ai appeler un médecin, il doit passer dans l'après-midi. Et ce soir, je sors. Ah et demain aussi. J'ai des réunions pour aider à la distribution de l'argent.
- Ok, tu sais ce que je pense de ça, mais si c'est ce que tu veux et bien je ne m'y opposerais pas.
- Merci mon grand.
- Je vais me doucher et puis j'irais courir.  C'est vrai que c'est un peu con de le faire dans cet ordre alors je vais d'abord courir. »
Il attendit une quelconque objection de sa mère qui ne vint pas. Il mit donc ses affaires de sports et sortit de l'appart. Il se dirigea vers le parc qui était près de chez lui et fit quelques étirements.
Il commença par trottiner, en reflexionnant sur la nuit dernière.
« - Ce n'était donc qu'un épisode de délire. Ça me rassure. Néanmoins, où il a pu entendre cette phrase qu'il a répéter trois fois. Le fait qu'il est terminer par Frère en me regardant tout en sachant où je me trouvais résulte ou d'un coup de bol ou d'une possession par un esprit supérieur.
Or, s'il est malade aujourd'hui appuis fortement la thèse d'un épisode de démence. Allez, on va essayer de ne plus penser a ça. C'était qu'un gigantesque malentendu. J'ai pris ça pour une posséssion alors qu'il était malade. »
Il allonge ses foulées pour maintenant courir. Et puis ça se saurait si le diable était parmi nous, il y aurait des signes avant coureurs. Par exemple des personnes secouées de spasme, criant sans raison, avec de la rage ou avec des yeux blancs. Bref, il aurait l'avis du docteur cette après-midi, il lui posera une question a la fin de la séance dans la rue. Juste pour savoir si la divagation peut être un symptôme.
Bref, il attaqua le sprint de fin, forçant sur ses jambes un maximum. A la fin, il fut exténué. Il s'arrête sur un ponton en bois ou il se mit a regarder la petite rivière qui s'écoulait.
Et là, il vit Clémence, la belle Clémence. Avec son mètre 65, ses longs cheveux bruns, ses yeux bleus marins, et son style vestimentaire bon chic bon genre. D'habitude souriante, elle semblait avoir un air préoccuper sur le visage. Ce n'était pas son genre. Elle se posa non loin de Caïn, en adoptant sa posture. Les coudes formant un angle parfait les mains rapprochaient et les doigts croisés.
Après un long moment de silence, elle soupira et Caïn laissa s'écouler une minute avant de soupirer à son tour :
« - Euh... Ca va ?
- Oui, enfin non.
- Qu'est ce qui va pas ?
- Mon grand frère, il a accepter cet argent gratuit qu'un soit disant donateur distribue comme des petit pain. Je trouve que c'est pas bien d'accepter de l'argent d'une espèce d'inconnue. Dieu sait ce qu'il attend de nous.
- Je suis pareil, mon petit frère a ramener cet argent et j'étais contre, ma mère aussi. Puis il m'a sortit cette question qui m'a littéralement claqué au visage.
- Quelle question ? Demande Clémence.
- Tu crois que ce n'est pas une bonne chose de ne pas mourir de faim ? Sur le coup je ne savais pas quoi dire. C'est juste que je lui ai dit que l'argent corrompt. Et c'est vrai, c'est l'une des raisons de la troisième grande guerre.
- Oui, voila pourquoi je ne voulais pas qu'il prenne cet argent, déjà que je me tue a nettoyer des appartement pour me faire de l'argent pour essayer de nourrir ma famille. Vu que Papa est décédé dans cette foutue guerre.
- Pareil pour le mien. Pourquoi ne pas me parler de chose joyeuse ?
- Voyons, j'étais morte d'envie d'acheter cette robe dans la vitrine l'autre jour. Ou bien j'ai pris quelques kilos, tueur de silhouette a cause de cet enculé de chocolat...
- Je te vois très bien comme ça
- C'est gentil ! Désolé je dois aller faire quelques courses, je te laisse de nouveau avec tes pensées.
- Merci, a plus tard Clémence.
- Oui a plus."
Elle me laissa là. Fixant l'horizon, des nuages gris approchaient du Sud pour couvrir le ciel et le soleil. Vu leur teinte, il allait faire un bon gros orage. Éclair, vent et tout le tralala qui va en accompagnement.
N'ayant plus rien d'intéressant a faire, Caïn décida de rentrer. Le médecin était peut être chez lui.
Il entra chez lui, le doc était là, en train d’ausculter Abraham.
" - Il a de la fièvre, ses pupilles sont dilatés, il ne répond a aucun signe de stimulus. C'est comme si son organisme l'avait mis dans le coma intentionnellement comme pour le préparer a surmonter un choc ou une épreuve. Ou alors est-ce une nouvelle bactérie ?
Mon diagnostique est incertain, je vais lui prendre un flacon de sang pour voir si ces globules rouges et blancs sont normaux en regardant au microscope.
- Vous aurez les résultats sous combien ?
- Ça dépend, si la maladie est connue, un ou deux jours, sinon ça m'en prendra plus.
- Merci beaucoup docteur.
- Je vous en prie, dit il, en prenant du sang du bras d'Abraham.
- Doc voici vos sous ! Dit la mère en tendant un billet.
- Merci
- Laisser moi vous raccompagner, dit Caïn.
- Si vous voulez.
Une fois dans le hall, il lui posa la question :
" - Au cas ou ce serait une maladie inconnue, un mal inconnu, soit il possible que cela cause un épisode de délirium tremens ?
- Oui, c'est possible. Juste avant la guerre nous savions et connaissions toutes les maladies. Mais il était probable que de nouvelles maladies surgisse. Dans ce monde d'après guerre ou nous vivons, les règles ont changés, les êtres humains sont plus résistants ou moins. Les maladies ont disparus ou se sont renforcés. En gros toute la connaissance que nous avions accumulé s'est évaporé.
- Ce que vous me dites ne présage rien de bon, merci de votre franchise docteur.
- Je vous en prie."
Caïn resta pensif. Si c'est une nouvelle maladie, elle se peut qu'elle tue son petit frère en quelques jours, heures ou minutes. L'idée qu'une maladie tue de manière opportuné l'effrayait. Merde quoi il était super jeune son frère, 14 ans. Il n'avait pas envie de penser à ça. Il voulait penser positif. Comme le disait le docteur, les êtres humains sont devenus plus fort après la guerre ou plus faible. Il préférerait penser au côté fort de l'évolution.
Il rentrait chez lui et demandait a sa mère si le dîner serait bientôt prêt. Elle lui répondit par une affirmation, lui faisant souvenir qu'elle allait a une réunion ce soir et qu'elle mangerait tôt pour compenser.
La nourriture allait bientôt être bonne a consommer. Ce laps de temps, Caïn en profita pour poser la main sur le torse ridiculement petit de son frère.
" - Je ne veux pas que tu me quittes, ou maman, tu as encore de beau moment avec nous a vivre. Bats-toi pour rester en vie ! "
La mère de Caïn frappa deux fois à la porte pour lui indiquer que tout était bon.
Durant le repas, les traits d'angoisses se pouvait lire sur chaque visage. Alors Caïn dit a sa mère que tout allait bien se passer, qu'Abraham avait attraper un truc bien moche durant la guerre et s'en était sortit.
La mère eut une moue de douleur puis un sourire comme s'il se souvenait du moment ou Abraham avait vaincu cette satané maladie. Il était pas tout a fait idiot de penser qu'il irait au bout de celle-ci aussi.
Le carillon de l'horloge sonnait les neuf heures, dans une demie heure, elle devait être là-bas.
Elle chargea son fils de tout débarrassé, pendant qu'elle se préparait.
En sortant, elle regarda son petit chéri adoré qui dormait comme une souche et s'en alla.
Seul dans cette pièce, il regarda par la fenêtre et les premières gouttes commençaient a tomber. C'était vraiment une journée de merde, et ça allait en s'empirant.  
Son frère malade, le frère de la fille qu'il appréciait prit dans les vices de l'argent facile et sa mère qui se rend a une réunion pour distribuer cet argent.
Premier détonation du tonnerre, Caïn fut prit d'un sursaut.  Un éclair zébrant le ciel laissait entrevoir la silhouette de Caïn a présent debout. Bon, quand il fait moche, autant se coucher.
Il se lava les dents, enfila son short de pyjama et se glissa dans ses draps.
L'orage ne dura pas. Caïn s'endormit donc rapidement.
Il reprit de plus belle, fracassant le silence de la nuit 4 heures plus tard. Caïn se redressa sur ses coudes, dégoulinant de sueur par la violence du réveil. Le cœur battant plus vite que la normale. C'est avec le flash lumineux de l'éclair que Caïn put voir que son frère n'était plus dans son lit.
Content de voir que ce n'était qu'un mal voyageur, il se dirigea vers la cuisine.
Son frère était au centre de la pièce, les bras ballants.
Quand Caïn arriva a sa hauteur, il put constater avec effroi que les yeux de son frère était inexpressif. Dans le même état que la nuit précédente. Deux rictus partageaient son visage.
" - 1 jour et je te tuerais Grand frère Caïn !
- Je...
- Pardonne-moi, je ne veux pas faire ça ! Dit une voix plus douce appartenant a Abraham.
- Eh, petit frère !
- L'infidèle mourra dans les flammes de l'enfer. Pour seul ami, le Diable lui même. Reprit une voix folle et au ton meurtrier.
- Ça suffit tes conneries, espèce de tordue laisse l'esprit de mon frère tranquille
- Caïn, j'ai peur ! Crie ce qui semblait plus a la voix d'Abraham.
- Il ne t'arrivera rien, je vais m'en assurer.
- Oh que non, tu ne peux arrêter les puissances démoniaques de cette terre gangrenée ! Fit la voix de psychopathe. Car tôt ou tard, le Tout Puissant des enfers régnera ici en maître. Seuls ayant accepter son présent seront épargnés. Et toi, comme Marius ou Clémence, périront sur les bûchers de l'enfer ! S'élève la voix de l'esprit tourmentée d'Abraham, en déformant les traits du frère, creusant le visage, rentrant les yeux à l'intérieur de son crâne.

Comme vous le voyez les choses ne vont pas en s'améliorant. Ce manga est toujours a la recherche d'un dessinateur, donc je cherche toujours sur deux pages facebook. Bref, attendez vous a un manga sanglant ou des personnages vont mourir, peut être pas tout de suite, ou si...
Jusqu'au prochain chapitre, dans cinq jours !!


Dernière édition par RavenBlack le Lun 28 Sep - 22:06, édité 1 fois
avatar
RavenBlack

Messages : 11
Date d'inscription : 14/09/2015
Age : 25
Localisation : Villanueva de la Cañada, Madrid

Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Trilogie-Le-Trou-Noir-876550579068662/t

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Génèse de l'Apocalypse

Message par MrVince60 le Lun 28 Sep - 21:25

Bah c'est bien là (mise à part les fautes, mais je vais rien dire, je sais que c'est pas ton fort ^^')
Sinon, la continuité de l'histoire se passe bien et les choses non claires s'éclaircisse, même si un détail me dérange toujours pas rapport au chapitre 1... du coup, ça me fait poser une question... Est-ce qu'ils sont au courant pour ce genre d'esprit maléfique ou c'est la première fois qu'ils en voient ou entendent (ils = les mortels de ton univers)

alien alien alien alien
avatar
MrVince60

Messages : 37
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 21
Localisation : France, Creil

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/user/MineCoopMrVinceAndCO    https://www

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Génèse de l'Apocalypse

Message par RavenBlack le Lun 28 Sep - 22:09

MrVince60 a écrit:Bah c'est bien là (mise à part les fautes, mais je vais rien dire, je sais que c'est pas ton fort ^^')
Sinon, la continuité de l'histoire se passe bien et les choses non claires s'éclaircisse, même si un détail me dérange toujours pas rapport au chapitre 1... du coup, ça me fait poser une question... Est-ce qu'ils sont au courant pour ce genre d'esprit maléfique ou c'est la première fois qu'ils en voient ou entendent (ils = les mortels de ton univers)

alien alien alien alien
Disons que je doute, ça m'arrive de plus en plus a cause du fait que je sois en espagne et parle principalement en espagnol.
Oui, ça va aller en s'éclaircissant. Non, ils ne savent pas, c'est un genre de chose inconnu, comme notre époque a nous, nous n'avons aucune preuve de l'existence de Dieu ou du Diable jusqu'a ce qu'il apparaisse.
avatar
RavenBlack

Messages : 11
Date d'inscription : 14/09/2015
Age : 25
Localisation : Villanueva de la Cañada, Madrid

Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Trilogie-Le-Trou-Noir-876550579068662/t

Revenir en haut Aller en bas

Chapitre 3 : Le monde s'écroule

Message par RavenBlack le Jeu 1 Oct - 20:37


La nuit avait été si calme ensuite, il s'était comme tranquillisé puis s'était diriger vers son lit.
Il avait fermé les yeux et s'était endormi. Caïn se trouvait dans la cuisine ou a eu lieu la scène. C'était très perturbant. Son cœur ne cessait de battre a tout rompre. L'esprit d'un démon abritait bien le corps de son frère. Ça doit être les billets, ils ont du être imprégner d'une essence démoniaque.
Sa mère ne montrait aucun symptôme, c'est ça le plus étrange. Ou alors elle serait contaminée plus tard, comme son organisme et son mental ont été plus développé, ils succomberont plus tard.
Comment se fait-il que le démon est parlé de Marius ou bien de Clémence ? Comment pouvait-il les connaitre à moins de tout savoir ? Ces révélations faisaient froid dans le dos, pas autant que la scène qui venait de se dérouler avec son frère.
Il avait besoin de se rendre sur le seul lieu qui le tranquillisait, le pont du parc.
Il mit un pantalon lache et se rendit au parc. La presque pleine lune apportait suffisamment de lumière pour pouvoir éviter les petits obstacles tel que excrément d'animal ou flaque d'eau. Quand il aboutit sur le fameux pont, il put voir qu'il n'était pas seul.
Une fille était secoué de spasme nerveux, tout en pleurant. Se doutant de qui ça pourrait être, il tenta quelque chose :
" - Euh Clémence ?
La fille n'avait rien entendu, en état de choc.
- Clémence ! dit Caïn en montant d'un octave.
Première réaction, elle s'arrêta de pleurer et émit un Caïn vraiment très bas.
- Oui c'est moi Clémence.
- Oh Caïn, dit elle comme un soulagement en courant vers lui, se jetant a son cou.
- Je suis là, que s'est il passé ?
- Mon frère s'est mis a dire des inepties. Agar, il était devant ma porte ouverte et ma regarder droit dans les yeux et il m'a dit : "Et le troisième jour, il déboula dans la pièce pour, asséner un coup de poignard dans, le cœur de sa sœur. » Le pire c'est qu'il a répété trois fois comme une espèce de rituel satanique ou un truc du genre. La vision que j'ai eu à la fin n'était pas non plus des moindres, il rigolait. Pas le genre de rire qu'on peut avoir suite a une blague, non le genre dans les films d'horreur histoire de te filer les chocottes a vie.
« Dois-je lui dire que c'est un premier stade à la folie, que demain sera pire ? Si je le lui dit, elle va paniquée et vu son état de stress avancé elle risque de ne pas le supporter demain. »
- Caïn dis moi quelque chose ?
- Je voudrais bien, mais je ne sais pas si tu peux l'encaisser.
- Dis moi juste si ça va aller mieux ou pire ?
« Je suis perdu, si je lui dit que demain il sera plus fou qu'aujourd'hui, elle va surement me croire. »
- Pire, je n'ai aucune raison de te mentir.
- Ça veut dire que tu as déjà vécu ça ?
- Oui, c'est mauvais. Il délirait complètement, enfin pas tout a fait, on aurait dit qu'il combattait le démon à l'intérieur de lui. Ecoute, demain je vais essayer de partir. Ce soir, à minuit attends-moi sous le pont. Ne vas surtout pas chez toi demain soir pour éviter un traumatisme de plus. Je vais voir si c'est une mauvaise blague que l'on nous tend ou si la menace est réel...
- C'est dangereux Caïn, ne fais pas ça. S'il dit vrai alors il te tuera demain.
- Oui a minuit, donc si je ne suis pas sous le pont a cette heure, tu décampes, est-ce bien clair ?
- Je...
- Est-ce bien clair Clémence !?
- Oui !
- Alors on fait ça ! »
Il retourna chez lui et se mit dans son lit. Il s'endormit assez rapidement. Son sommeil fut troublé par un cauchemar. Dans celui-ci, il y avait un démon qui portait une montre gousset a son cou et y jetait régulièrement des coups d’œils. Derrière lui apparut une grande horloge. Elle affichait 23h59. Le tic tac faisait courir un son dangereux dans le vide en se rapprochant de minuit. Quand sonna les douze coups le démon sourit et avoua « L'heure de ta mort a sonner, jeune rebel ! » Il se réveilla pile a ce moment là. En sueur, regarda l'heure et regarda son frère dormir paisiblement.
« - Comment peut-il dormir avec ce qui vient de se passer ? Peut être un surcoût de son corps à l'apparition de l'esprit du démon ? Son cauchemar paraissait tellement réel mais ça l'étonnait qu'un démon se déplacerait juste pour tuer quelqu'un. Une hypothèse un peu tirer par les cheveux.
Le plan a toujours été de tuer les « gêneurs » par leur proche. De cette exécution ne résulterait aucun problème.
Bref, il fallait qu'il dorme pour affronter la journée de demain.

Au petit matin, les lumières formait une sorte de halo protecteur sur sa personne. Il ne put s'empêcher d'apercevoir l'absence de son petit frère, qui manquait à l'appel. D'ailleurs même sa mère n'était pas là.
Il alla sur son lieu de travail quand il se fit interrompre par quelqu'un qui lui prit le bras.
« - Agar ne se lève plus de son lit, il est comme frapper par un mal étrange !
- C'est déjà trop tard, le mal est déjà fait, de plus mon frère a récupérer de cette période, il n'est pas à la maison. Ecoute, tu dois me retrouver ce soir quoi qu'il arrive a minuit sous le pont. S'il te plait laisse moi aller travailler.
- Ok a ce soir ! »
Purée, il lui avait dit que ça irait en s'empirant, elle ne le croit pas ou quoi ?
Bon, il va essayer de se calmer et de se défouler en travaillant.
Il arriva sur le chantier et le maître lui confia la mission d'aller chercher du matos dans l'entrepôt comme les premières fois. Ce que trouva bizarre Caïn, c'est qu'il n'y avait aucune trace de Marius sur le lieu de travail. Le maître a dit qu'il était passer en coup de vent pour dire qu'il ne viendrait pas bosser.
Caïn allait donc affronter cette journée tout seul.
Il aurait aimer avoir une épaule amicale, ce n'était pas le cas.
Il prit des troncs de bois et les apporta sur le chantier et refit trois fois l'aller retour. Puis fit exactement la même chose avec le sable.
Il alla prendre son déjeuner au café de d'habitude et il ne vit absolument personne a part la barmaid :
« - Bonjour, vous savez pourquoi c'est vide ici ?
- Apparemment un mal sévit aujourd'hui plusieurs hommes femmes ou enfant sont touchés.
- Quel genre de mal ?
- Le genre a vous cloué au sol et à être inconscient. Mon fils et mon mari sont dans cette situation.
- Fuyez avant qu'il ne soit trop tard !
- Trop tard ?
- Oui, pardonnez-moi mais je dois y aller. »
Caïn sentit l'air lui fouetter le visage, qu'est ce qui venait de se passer ? Avait-il dit a cette femme de fuir alors que lui allait rester pour tester la limite de cette menace de mort, de cette malédiction.
Il était confus, ces derniers jours avaient été éprouvant, autant physiquement que mentalement.
Il devait manger un truc. Il avait faim, il décide de rentrer chez lui, puis prit un sandwich dans une boutique. Il retourna sur le chantier et déploya ses forces pour aider au mieux les ouvriers. Il resta jusqu'à tard. Il mangea un sandwich et se prépara a rentrer à la maison.
Il se demanda si rentrer a 21h ou faire une dernière balade. La balade vers le néant.

Caïn regarda tout autour de lui, comparer a plusieurs nuits auparavant, c'est calme, trop calme.
Il était en train de se passer un truc vraiment grave dehors, mais il ne sera plus capable de le voir. Une sensation étrange lui disait qu'il allait mourir ce soir sous les coups de poignards d'Abraham.
Quel façon cruel de mourir ! Ses probabilités d'y rester étaient très haute surtout si un démon abritait le corps de son petit frère. Il préférait mourir plutôt que de tuer son frère ça c'était sur. Il revint d'un pas lent et léger vers l'appart ou l'attendait son triste sort. Devant la porte, il hésita un instant, c'était vraiment ce qu'il voulait ? C'était encore possible de se réfugier et prendre la fuite.
Aller si ça se trouvait, ceci n'était qu'une grosse farce masquée en fond de délire satanique.
Quand il referma la porte il vit son frère dans l'ombre avec un couteau long et large.
« - Je t'attendais Caïn !
- Ne fais pas ça Abraham ! Je sais que t'es encore là-dedans !!
- Non, l'essence de ton frère s'est éteinte il y a peu. Ne reste que le démon qui le contrôle désormais.
- Tu veux me tuer, c'est ça ? Alors viens qu'on en finisse !
- Tu sais que ça marche pas comme ça. Il faut attendre que sonne les douze coups.
- Pourquoi ?
- Ça convertit les âmes pures en âmes impures. Vois-tu l'apogée des forces du mal est à minuit, donc si je te tue à minuit les forces du bien ne pourront rien pour ton âme.
Le premier coup retentit, le frère dénué d'humanité avance d'un grand pas vers Caïn. Au second coup de cloche il se rapproche d'un pas supplémentaire. Et ainsi de suite pour qu'à la fin du onzième coup Abraham démon soit devant son frère.
- Fais tes prières Caïn !
- C'est déjà fait !
- ALORS MEURT !
Le coup de couteau était rapide, mais durant une demie seconde Caïn perdit connaissance. Quand il ouvrit les yeux, il se rendit compte qu'aucune lame n'était dans son corps. Mais celle-ci était logée dans le cœur de son frère.
Du sang avait giclé sur sa chemise et sur ses mains. Une dizaine de seconde plus tard, il entendit une voix qu'il reconnut tout de suite.
- Grand frère j'ai si mal.
- Abraham je suis désolé, je t'ai tuer.
- C'est pas grave, c'était toi ou moi. Le démon allait m'engloutir tout cru. Fuis quand tu le peux encore.
- Abraham ! s'écrit Caïn les yeux rouges de larmes de colère. »
Il serra une dernière fois le corps de son frère avant de courir sur la porte. Quand il la referma derrière lui, le corps de son frère noirci. Il se disait Caïn qu'il fallait qu'il rejoigne le pont à tout prix. Merde, il venait de tuer son frère sous le coup de la légitime défense mais c'était un assassin à la fin.
avatar
RavenBlack

Messages : 11
Date d'inscription : 14/09/2015
Age : 25
Localisation : Villanueva de la Cañada, Madrid

Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Trilogie-Le-Trou-Noir-876550579068662/t

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Génèse de l'Apocalypse

Message par Grimm le Dim 1 Nov - 16:59

Pas mal ton histoire, très bon intrigue mis à part que le texte est trop serré et que ça donne pas trop envie de continuer donc je conseillle d'un peu espacer ton texte et de faire es paragraphes si ça ne te gêne pas bien sûr.
avatar
Grimm

Messages : 5
Date d'inscription : 09/09/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Génèse de l'Apocalypse

Message par RavenBlack le Dim 8 Nov - 16:33

Oui désolé
Cette fiction est en suspend parce que mon livre le trou noir est sorti et pour vérification voici le lien :
http://www.edilivre.com/trilogie-le-trou-noir-survivants-tome-1-un-profond-230c5b8ee3.html#.Vj9rI1dKFcv
avatar
RavenBlack

Messages : 11
Date d'inscription : 14/09/2015
Age : 25
Localisation : Villanueva de la Cañada, Madrid

Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Trilogie-Le-Trou-Noir-876550579068662/t

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Génèse de l'Apocalypse

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum