Gantz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gantz

Message par Mawaru le Ven 23 Oct - 1:36


Titre Original:Gantz
Auteur:Oku Hiroya
Prépublication:Young Jump
Genre:Action, Science-Fiction, Psychologique, Gore
Année de sortie:2000
Nombre de tomes:37

Synopsis: Kei, lycéen qui n'a rien d'un héros, égoïste, plutôt lâche et égocentrique entre autres croise un vieux camarade, Kato, sur les quais du métro qu’il fint de ne pas reconnaître ! C’est ce moment que choisit un clochard ivre pour tomber sur les rails. Kato n’écoutant que son courage va le secourir, Kei se sentant obligé d’aller l’aider se retrouve face au métro…métro qui va les déchiqueter tous deux...
Contre toute attente, ils se retrouvent téléportés dans une pièce ou attendent d'autres personnes, se croyant mortes elles aussi. Une sphère noire leur explique qu'il vont devoir participer à des chasses à l'homme contre ce qui semble être des extraterrestres... Et c’est ainsi que commence la folle histoire de Gantz, qu va amener nos héros à affronter des créatures toujours plus dangereuses, dans des situations toujours plus périlleuses, toujours plus violentes…ils vont côtoyer la mort, la toucher même de très prés…


Selon moi, il existe deux types bien distincts d'oeuvres. Celles qui essaient de raconter quelque chose comme One Piece, Naruto pour rester dans le ultra-connu. Et celles qui à l'inverse misent sur l'ambiance, le ressenti pur, celles qui essaie de vous émerger dans quelque chose qui pourrait être plus ou moins appeler expérience. Dans cette seconde catégorie, je pourrai vous citer le film Paprika de feu Satoshi Kon (allait le voir au passage, il est passionnant) ou encore le manga qui est le sujet de la critique d'aujourd'hui: Gantz.

En effet, si Gantz essaie de placer une histoire, n'y prêtez pas attention tant celle-ci n'est qu'un prétexte. Serait-ce un défaut ? Non. Il n'a jamais eu la prétention d'en raconter une de toute façon car Gantz c'est tout dans le style. Gantz ce sont des hommes, des femmes, des enfants, des animaux (Et je déconne pas) qui doivent abattre des aliens avec des gros flingues en combinaison moulante. Si le speech de départ ne donne clairement pas envie, Gantz a pourtant ses qualités.

Il s'agit d'un gros trip entre action, gore et érotisme qui se permet même de s'armer de suspens. En effet le manga est à 99% constitué des deux premiers éléments, les deux  se basant sur des affrontements contre des aliens. Cherchez pas où est le bien, où est le mal, une trace de scénario ou d'intrigue car il s'agit purement et simplement d'affrontements entraînants, dynamiques et passionnants. Il s'agit d'affrontement pour la survie et si les questions qu'on peut potentiellement se poser sont multiples, comme pour les personnages d'ailleurs, on les laissera vite de côté jusqu'à ce qu'elles soient résolues à la fin ou qu'elles ne le soient tout simplement pas. L'enjeu des affrontements sera très souvent ultra-simple: Survivre. Rien de plus, rien de moins. Aucun héroïsme apparent, aucun prétexte débile pour foutre de la violence, juste la raison la plus animale et instinctive qui soit. Et Gantz c'est ça, c'est la violence à l'état brute, jamais gratuite (quoique...), mais c'est violent, c'est animal. Tripes qui prennent l'air, un oeil qui voltige par-ci, une jambe laissée à l'abandon par là, des corps bouffés, explosés, transpercés, tout y passes. C'est une orgie de sang, d'action, de violence où une ambiance malsaine règne pour arriver assez rapidement à son paroxysme avec des scènes aussi choquantes (quoique, ça m'a pas tant dérangé que ça.) que dégoûtantes et dérangeantes (ça, je peux le confirmer par contre. ^^). Et c'est là où s'exerce le style de Gantz. On est vite happé dans toute cette violence, on en redemande, et on est servi. Plus le manga avance, plus la puissance, l'aura de ce manga augmente. Plus le manga avance, plus on prend de plaisir à la lecture. Gantz c'est un simple divertissement. Si certains utilisent ce terme à tort et à travers pour protéger leur manga favori, ici il s'agit bien d'un divertissement pur et simple de qualité. Un peu comme un gros film d'action no-brain, il s'agit simplement d'observer, et d'apprécier.

On se divertit en voyant des gens mis dans des situations pas possibles, où seul le combat compte, où on les voit s'apitoyer, où on les voit pleurer, où on peut les voir avoir plaisir à tuer, et on partage ce plaisir. Si mes dires me font sans doute passer pour un déséquilibré mental et sanguinaire et un potentiel futur-tueur en série en puissance qui fera s'affoler les médias et les politiciens et quelques autres opportunistes qui trouveront comme simple bouc émissaire les "japonaiseries", Gantz c'est bien ça. Il donne ce qu'on veut voir en lisant ce manga: une expérience violente et crue sans limite où de pauvres être vivants se retrouve à devoir survivre. C'est malsain mais c'est bien ! Car c'est tellement intense, attractif, intéressant qu'on prend vraiment notre pied à la lecture. Et si en y réfléchissant deux secondes, moralement, c'est plus que douteux, il y a une part de vrai dans les conditions de ce manga quand on voit l'évolution des personnages. Car là, aussi il s'agit d'un point important. On met des personnes et animaux (je suis un ami des bêtes qui ne peut pas se résoudre à les oublier. ^^) aux caractères divers et variés dans une situation extrême où rester en vie et le seul objectif. Des suicidaires, des héros occasionnels, des tapettes, des gars qui s'assument pas, tout y passe. Et on voit leur évolution de façon claire mais en gardant une certaine finesse. Certains deviendront des leaders naturels, des gens qui prennent plaisir à tuer, d'autres auront leurs idéologies et leurs valeurs renforcées. Tout y passe en se maintenant dans une logique implacable sur laquelle on prend plaisir à voir ces personnages se briser, se transcender, devenir plus durs et froids ou au contraire plus sensibles. Au passage, les personnages sont plutôt bien écrits sauf pour les personnages féminins assez mal utilisées. Souvent inutiles, parfois juste là pour le cul. Par exemple, une femme se fait comment dire... baiser par le protagoniste, qu'elle connaît à peine, et je ne déconne pas. Et pour continuer sur le thème du sexe, si parfois il sert à nourrir une atmosphère dérangeante, par moment il est gratuit et inutile.

Quant à l'aspect visuel, techniquement c'est bon. Proportions, traits, impressions de mouvements, tout y est. Le dynamisme est là, chaque scène donne une impression de grande fluidité qui couplée au dynamisme participe sans grand mal à l'intensité des combats. Par contre, même si c'est techniquement bon, je n'aime pas du tout le style qui est un mélange entre dessin informatisé et encrage. Si ça peut donner des planches vraiment extraordinaires par moment, je trouve le rendu assez superficiel, peu harmonieux et ça m'a plutôt gêné, moi qui suit plutôt attaché au traditionnel. Après le découpage est très bon et souligne bien les scènes.

En conclusion, Gantz c'est une question de style, d'expérience. Le scénario n'est qu'un prétexte même s'il peut y avoir quelques directions intéressantes et un suspens assez impressionnant. Mais ce n'est pas pour autant que les questions qu'on peut se poser resteront sans réponse, quoique, ou que c'est bourré d'incohérence, bien au contraire. Les amoureux des oeuvres crues, sur leur violence et quelque peu teintée d'érotisme et d'une ambiance malsaine, faite-vous plaisir car Gantz c'est exactement ça. Et il le fait d'une excellente façon avec une montée en tension juste jouissive et impressionnante. Franchement, si j'ai eu un peu de mal au début, plus les arcs défilaient, plus j'ai aimé. Cependant dommage que la fin-fin, c'est-à-dire la toute dernière page soit plus que rageante. Au passage je déconseille ce manga au personne qui supporte pas le sang, le gore ou une quelconque forme de violence. De plus le manga se constituant d'énormément d'action, il se lit très rapidement malgré sont nombres assez conséquent de tomes. Enfin le manga a eu le droit à une adaptation animée de 26 épisodes (2*13) en 2004 que je n'ai pas vue donc je ne peux pas vraiment vous dire ce que ça vaut.
avatar
Mawaru

Messages : 59
Date d'inscription : 23/08/2015
Localisation : J'aurai bien aimé à San Francisco. :C

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum