Katanagatari

Aller en bas

Katanagatari

Message par Diamond Luffy le Lun 15 Fév - 14:35

ATTENTION, ANIME AVEC BEAUCOUP MAIS VRAIMENT BEAUCOUP DE PARLOTTE !


Katanagatari

刀語

Genres : Chanbara, Comédie, Drame, Tragédie, Action, Romance
Réalisateur : Keitaro Motonaga
Studio d’animation : White Fox
Compositeur : Taku Iwasaki
Licence : Black Box (France)
Chaîne : Fuji TV
1re diffusion : 25 janvier 2010 – 10 décembre 2010
Épisodes : 12
Durée des épisodes : 49 minutes 10 secondes

Synopsis :

Le légendaire forgeron Shikizaki Kiki confectionna mille katanas durant son existence, mais seulement douze de ceux-ci ont un réel pouvoir. C'est là que nous retrouvons Togame, stratège de l'actuel Shogun. Elle reçut pour mission de retrouver ces douze fameux katanas, et engagea donc des guerriers ainsi que des ninjas. Mais ceux-ci, aveuglés par la puissance des katanas, les gardèrent en leurs mains. C'est alors qu'elle décide de s'allier au maître du style de combat sans épée, le Kyotō-ryū (虚刀流?). Mais elle apprend sa mort de la bouche de son fils et seul héritier du style, Yasuri Shichika...

Critique :

Cet animé est fantastique. Le chara-design peut être un problème au début cependant, l'on s'y habitue vite et personnellement après avoir fini l'animé, je l'adorais. L'animation est plutôt bonne ! La bande-son est plutôt bonne.
Le scénario est simple, rien d'compliquer. Il suffit juste de trouver les 12 épées. Cependant, les personnages...Certains peuvent ne pas les appréciés, ils peuvent ne pas être leur genre de persos mais globalement, je les ai à peu près tous adorés ! Surtout notre duo principal !
L'évolution de Shichika du début à la fin est bien détaillée, il change pas d'un épisode à un autre, loin de là. J'ai adoré son développement, la manière dont ce "katana" est devenu petit à petit un être humain doté d'émotions et de sentiments et ayant une raison de combattre.
Quand à Togame, au début, elle m'inspirait rien et semblait être un personnage chiant puis finalement, on découvre les différents pans de sa personnalité, autre que son grand égard envers elle-même et son excentricité au niveau vestimentaire. On voit alors une fille faible qui sait qu'elle l'est, qui a souffert dans le passé. Les moments entre Shichika et elle sont les meilleurs moments de cet animé de mon point de vue !
Leur romance qui évolue petit à petit, la jalousie de Togame ou Shichika par moment, la confiance qui se tisse de plus en plus après chaque épée trouvée. Une merveille.
Je me suis étonné à voir les 49 minutes de l'épisode passés à une vitesse folle.
Les autres personnages subissent aussi leurs parts de développement plus ou moins conséquente excepté un certain groupe de personnage sous-traité et représente les victimes de l'animé...
Les combats bien que courts par rapport au format sont super à voir ! Et l'histoire qui se fait à chaque épisode avant les combats pour avoir les épées rajoutent de l'effet. Dernier point, la fin de l'animé... Elle m'a assez déçu...
Spoiler:
Soit tu fais une bad end totale, soit une happy end mais pas une semi-bad end... Togame qui meurt, ok, c'triste, continue donc en tuant aussi Shichika après tous les combats orgasmo fantastico cosmico geniaulement énorme...Mais non. Et en plus, il va avec qui ? Princesse Hitei. C'personnage, j'l'aime pas et il choisit l'ennemie de Togame pour voyager avec...Wow. C'surtout ça qui m'a déçu.
J'aurai préféré qu'il crève aussi, ça aurait été mieux qu'ça. Quoiqu'une happy end totale aurait pas été refusée !
Enfin bref ! Globalement, cet animé est excellent ! Je le considère même pour ma part comme un chef d'oeuvre. Je vous le conseille ! Il vaut le coup !

_________________
avatar
Diamond Luffy
Admin

Messages : 101
Date d'inscription : 17/08/2015
Localisation : Shabondy

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCSeKpooa3LtAkv8AVWLKPeA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Katanagatari

Message par Mawaru le Dim 21 Fév - 16:02

Katanagatari est le genre d'oeuvre qui peut se rapprocher le plus de ce qu'on appelle nekketsu. Cela se remarque surtout par les gros points communs qu'on peut retrouver avec d'autre oeuvre de ce genre: une quête à la recherche de quelque chose, ici douze sabres qui aurait bien pu être le One Piece dans l'oeuvre éponyme, les Dragon Balls dans l'oeuvre éponyme encore une fois par exemple. On retrouve encore une fois l'influence d'une personne qui pousse notre héros à l'aventure, du moins le diriges, Bulma dans Dragon Ball par exemple, ici c'est Togame qui tient ce rôle. On retrouve aussi notre cher héros qui a le cerveau en kit et qui bien évidemment est orphelin d'au moins un de ses parents et on peut encore aisément en trouver d'autres.

Partant sur ce postulat de départ, je dois avouer que je m'attendais à un récit d'aventure mixé à une bonne quantité de baston bien classe. Je dois avouer que j'ai été malheureusement assez désagréablement surpris. Pas de grosse baston comme il en faudrait, celle-ci se terminant souvent précocement et entrecoupé de dialogues (on en reparlera après de ça) même si elles ne sont pas forcément mauvaise, loin de là, notamment grâce à la spécificité des armes et aussi de certains antagonistes mais... je n'ai pas été totalement satisfait sur ce point car si en effet certains antagonistes étaient des plus sympathiques notamment ceux des épisodes 2 et 3, respectivement Uneri Ginkaku et Tsugurai Mesai, d'autres étaient comment dire... plus ridicules et parfois très lourds: les Maniwas.

Cependant, le côté aventure est bien là. Un peu comme un récit initiatique voire philosophique, même si l'oeuvre ne tient pas vraiment de tout ça, ce sont les personnages, leurs histoires et leurs manifestations et les différentes péripéties contées qui apporteront quelque chose au récit, le nourriront vraiment et donneront tout un attrait à ce dernier avec les quelques combats qui peuvent être bons comme cerise sur le gâteau. Je tiens d'ailleurs à souligner le fait que le découpage de l'animé est judicieux. Douze sabres, douze épisodes, la boucle et bouclée et on évite ainsi des épisodes inutiles ou qui ne racontent pas grands choses et surtout qui savent ne pas être redondants. Je tiens d'ailleurs à appuyer la qualité qu'est le fait que le récit est simple et sait ne pas partir sur des sentiers qu'il ne faut pas forcément emprunter. Il se tient à ce qu'il raconte en rajoutant un peu de contenus derrière mais ne va pas plus loin qu'il ne le devrait et maîtrise plutôt bien ce qu'il raconte en évitant une narration qui se veut inutilement complexe ou bien hasardeuse. En soi, une oeuvre sans grande prétention mais maîtrisée.

Mais... Il a aussi fait quelque chose qu'il ne fallait pas... Tout simplement gâcher 11 épisodes avec un épisode final catastrophique, et je parle bien de l'épisode dans sa globalité et non juste de la fin comme le camarade critique du dessus le dit. En clair en voulant se la jouer classe en rendant le personnage ridiculement fort, ce simple épisode rentre en contradiction totale avec le reste. C'est trop invraisemblable, c'est ridicule et mal venu. Certes sur le moment ça peut faire classe mais en soi c'est mauvais voire disons-le clairement merdique par rapport au reste. Ca n'a nullement sa place dans la série. Cet épisode est une erreur de la nature, une erreur de destination dans ce fastidieux parcours.

Mais je tiens à valoriser tout de même le format d'épisodes de 40 minutes qui permet des épisodes fournis en contenu, fluide et surtout permettent d'éviter une coupure en plein milieu qui pourrait être dérangeante et qui couperait les péripéties au mauvais moment et pourrait donc importuner la fluidité de la chose. Mais... Malheureusement, si je reconnais tous ces bons points au format, je ne peux faire l'impasse sur les dialogues qui en sont la pire conséquence possible. Je vais faire simple: Katanagatari est trop verbeux, beaucoup trop.

De base, je n'ai rien contre les oeuvres verbeuses tant que cela a une réelle justification. Justification qui malheureusement manque totalement ici. Les personnages parlent vraiment beaucoup trop pour absolument rien dire de concrètement utile ou développer une idée, un contexte essentiel. Ces cascades de mots auraient pu être beaucoup plus concises tant elles n'apportent rien voire disons-le clairement être supprimées. J'ai même trouvé que ça desservait les personnages en les déshumanisant complètement et j'avais plus l'impression d'être face à des robots qui récitaient ce qu'on leurs demande et donc que les personnages perdaient pour beaucoup de leurs personnalités en plus de gagner en lourdeur.

Les personnages d'ailleurs parlons-en. C'est trop irrégulier à mon goût. Si certains antagonistes sont des plus sympathiques et savent très rapidement être intéressants avec notamment une des pires malades sanguinaires qui soi. Quant à d'autres, ils sont au contraire plus bâclés. Notamment les Maniwas qui en plus de subir un accoutrement des plus ridicules qui ne les aident en rien dans mon appréciation, ne jouent souvent qu'un rôle très mineur et souvent sans intérêt, un peu comme une faction outsider qui vient mettre son grain de sel parfois judicieusement et parfois non. Même si il y a pire, bien pire malheureusement... Les personnages principaux. Je les ai trouvés sans aucun mais absolument aucun intérêt, euphémisme pour dire que je les ai détestés.

Je n'arrive pas à blairer le moins du monde Shichika qui est un personnage que je trouve presque plat de part son inhumanité excessive qui ne m'a pas le moins du monde provoqué ne serait-ce qu'à un moment de l'empathie.  Même si il n'arrive pas à la cheville de cette [censure de vulgarité excessive] de Togame qui est personnage que j'ai aimé détesté. J'ai trouvé l'écriture du personnage particulièrement faible entre ce mi-chemin de la séductrice et de la manipulatrice, calculatrice. Même quand son écriture essaie de faire dans l'émotionnelle, j'y arrive pas, je trouve ça trop creux.

D'ailleurs, dois-je préciser que j'ai trouvé leur relation plus que mauvaise  ? Ah... Il est trop tard... Bah poursuivons sur cette lancée en éclaircissant la chose. L'animé dès le départ mets une espèce de "romance" totalement bizarre entre ces deux personnages. Romance au passage qui n'aura le droit à aucun développement et qui apparaîtra à travers une jalousie risiblement excessive et quelques "je t'aime" balancés aléatoirement.

Bien sûr on pourrait sortir une excuse du genre: Mais c'est parce que entre-deux péripéties ils se sont rapprochés. Mais je dis: NON ! Admettons que ce soit le cas, autant montrer concrètement et de façon plus poussive le rapprochement comme ça peut être le cas pour Sword Art Online avec le couple Asuna-Kirito, qui reste certes assez bidon mais a un minimum de crédibilité. Ce que Katanagatari n'a fait à aucun moment et on parle ici d'amour, pas juste d'une amitié hasardeuse qui n'aboutirai à rien. Donc autant dire que leur relation est à mes yeux totalement bidon, creuse, foirée et particulièrement mauvaise. D'ailleurs, je précise aussi que cela a aussi décrédibilisé pas mal de scène surtout une en particulier dans l'épisode 12.

Reste au final le point de la réalisation. De ce côté c'est globalement de qualité à commencer par cette direction artistique qui mise sur un trait simple voire presque simpliste pour les chara-design mais qui pour les décors peut faire preuve d'un certain soin du détail. Les graphismes d'ailleurs sont généralement de qualité, le trait est régulier, pas de chara-design changeant, c'est bien coloré, c'est bien nuancé, c'est diversifié, bref c'est du bon. Par contre, le chara-design m'a globalement gêné par parfois une simplicité du trait excessive notamment en ce qui concerne les regards qui ne reflètent pas réellement d'émotion. Et bien évidemment le chara-design des Maniwas est beaucoup trop ridicule à mon goût... Vraiment...

En ce qui concerne l'animation, c'est du bon aussi. Le taf est suffisamment fait pour suffisamment bien animer ce qui passe à l'écran que ce soit les innombrables parlottes inutiles (et bordel qu'est-ce qu'il y en a !) que les scènes plus mouvementées et portées sur l'action qui sont plutôt dynamiques. En ce qui concerne l'ost, c'est aussi du bon. C'est varié, jazz, traditionnelle, pop etc et en plus ça s'insère plutôt bien à ce qui est montré à l'écran et donne un rendu très agréable au tout. La mise en scène est quant à elle une fois de plus bonne. Pas forcément ingénieuse mais assurément efficace. Elle ne s'embête pas à jouer sur le sensationnel et ça lui réussit.

Au final Katanagatari malgré une critique assez rude, je dois bien l'avouer, c'est un bon divertissement simple et loin d'être prétentieux qui dispose d'une certaine qualité d'écriture et d'un certain degré plutôt élevé en terme de qualité de réalisation, malgré de très voire trop gros incidents de parcours pour ne pas dire défauts. Particulièrement les deux personnages principaux qui sont presque aussi bidons que leur "relation amoureuse", l'épisode final en apparence bon mais dans les faits merdique et surtout ces foutus dialogues (je te hais Nisiosin.) !! Et contrairement encore une fois au camarade critique du dessus (coucou à toi d'ailleurs si tu lis cette critique et aux autres aussi. Very Happy), je juge pas l'oeuvre comme étant excellente loin de là et dire que c'est un chef-d'oeuvre serait trop malpoli de ma part vis-à-vis de ce que je juge comme étant des chefs-d'oeuvres. Mais je le rejoins sur le fait qu'il vaut le coup ne serait-ce que par pure curiosité.
avatar
Mawaru

Messages : 59
Date d'inscription : 23/08/2015
Localisation : J'aurai bien aimé à San Francisco. :C

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum