Furiko Pendulum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Furiko Pendulum

Message par Mawaru le Dim 23 Aoû - 5:42


Titre Original: Furiko
Titre Français: La Pendule
Genre: Drame_Réalisme_Tranche-de-vie
Année de sortie: 2012
Nombre d'épisode: 1

Car l'animation ne concerne pas que les films d'animation, les séries ou une quelconque adaptation, je me suis dit qu'il était bien de parler de Furiko. Mais quésaco Furiko ? Il s'agit d'un court-métrage muet, en noir et blanc de 3:04 minutes dessiné par Takefumi Kurashina. Il conte uniquement via des images par le principe du folioscope, qui est une succession rapide d'image souvent dessinés pour créer une cinématographie, les moments clés de la vie d'un couple en commençant par leur rencontre jusqu'à leur mort.
Et qu'on se le dise de suite, il s'agit d'une petite perle !
Les passages clés sont excellemment choisis. Ils sont on ne peut plus banals en plus d'être clairs et précis sur ce qu'ils racontent. Ils illustrent avec efficacité les moments de joie, de tristesse mais aussi plus compliqué de la vie. Car Furiko est une introspection à part entière de la vie de ce couple, de la vie de couple, de la vie tout court. Tout ce qui se passe dans ce petit court-métrage peut arriver à n'importe qui ! Dès lors cette simplicité sous fond de banalité touche au vif le spectateur. Si les moments de joie peuvent laisser au départ assez indifférents, les moments plus tristes sauront vraiment émouvoir le spectateur, du moins pour moi car il m'a foutu les larmes aux yeux avec une facilité déconcertante à sa fin.
Si les scènes en elles-mêmes sont excellemment bien choisies, à elles seules, je ne pense pas qu'elles auraient pu autant me toucher. Car l'une des autres force de Furiko, c'est clairement sa direction artistique. Le choix de faire de ce court-métrage quelque chose de muet et une merveilleuse idée ! En effet, les dialogues servent souvent à transmettre des informations et à rendre plus vivant quelques choses: 25 minutes de mutisme d'un animé, à moins que ce soit une perle de réalisation ou bien sans cesse de l'action, je pense que ça créerait plus d'ennuie qu'autre chose... Mais ici, de part le format très court et la simplicité, il n'y a ni besoin d'information ni de rendre la chose vivante. De là, le spectateur ne peut se concentrer que sur une chose: Les images. Ces mêmes images qui content tout ! Dès lors, cette focalisation sur les images entraînent une immersion du spectateur qui se retrouve alors happer par ce qui est conter, ce qui fait que le but du récit -toucher émotionnellement- est réussi haut la main si le spectateur si intéresse bien évidemment...
Ensuite, le trait et les décors minimes et avares en détails ainsi que les fonds blanc-gris-noir rajoutent en simplicité qui est le maître mot de ce court-métrage en plus de servir la mise scène dont l'exécution est dès lors simplifiée.
De plus, le choix de la mise en scène est tout simplement parfait ! J'ai dit plus haut que ça se basait sur le folioscope, ce principe se retrouve par l'utilisation d'un pendule... d'une pendule. En plus de symbolisait le temps qui passe, cela permet une succession rapide de l'image créant un léger dynamisme et une transition logique et rapide des moments sans qu'on se dise qu'il manque des bouts, bien au contraire. Enfin, ce choix de mise en scène a permis de réaliser la scène la plus poignante de ce court-métrage.
Enfin, la musique. Il existe deux versions de Furiko où les scènes sont identiques mais où la musique change. Dans une version, il s'agit de Exogenesis Symphony Part III de Muse et dans une autre Dead Island de Giles Lamb. Ayant vu les deux versions, je conseille plus la version avec la musique de Giles Lamb. La musique de Giles Lamb de par son tempo plus calme et son côté plus monotone correspond bien plus à l'idée de simplicité du court-métrage en plus de parfaitement correspondre à l'idée du mouvement du pendule.

En conclusion ce court métrage est une véritable perle que ce soit par sa simplicité émotionnelle ou bien par son excellente direction artistique qui sied à merveille à ce que le fond raconte.
avatar
Mawaru

Messages : 59
Date d'inscription : 23/08/2015
Localisation : J'aurai bien aimé à San Francisco. :C

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Furiko Pendulum

Message par NicoLeila le Lun 24 Aoû - 18:58

Pour 3min...sans voix... avec juste des images en noir en blanc... j'ai été émue Sad
C'est vraiment fort comme court-métrage. Donc à voir, ça ne vous demande que 3 minutes o/
avatar
NicoLeila

Messages : 113
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Bah j'sais pas, devant mon ordi' peut-être ?

Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/user/Leila20299

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum